Procès du 13-Novembre : Mohamed Abrini justifie les attentats

·1 min de lecture
© Benoit PEYRUCQ / AFP

Salah Abdeslam étant guéri du Covid-19 , le procès des attentats du 13-Novembre a enfin pu reprendre pour de bon. Un moment attendu car la première phase d’interrogatoires des accusés sur le fond du dossier s'ouvre. C’est l’ami d’enfance de Salah Abdeslam, le belge Mohamed Abrini, qui est le premier à être interrogé, mardi et mercredi. 

Justification des attentats

"L’homme au chapeau" des attentats de Bruxelles est soupçonné d’avoir été le onzième homme des commandos de Paris, avant de rebrousser chemin. Mercredi, il va être questionné sur ses activités en Syrie en 2015, mais mardi, la cour l’a d’abord interrogé sur sa radicalisation et sa vision de la religion.

Une vision toujours très radicale puisque l’accusé a justifié les attentats de Paris, qu'ils qualifient de "réponse à la violence" de la guerre en Syrie. Selon lui, "à défaut d’avoir un soldat tué sur place, on fait des attentats", a-t-il, très calmement expliqué, à l’aise, debout dans le box vitré, tout en précisant que lui n’était pas capable de participer à un attentat.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"L’islam pas compatible avec la démocratie"

Cette vision des choses, Mohamed Abrini ne l’a pas toujours eue. Avant 2014, il n’était pas pratiquant, il faisait la fête, commettait des délits, allait régulièrement en prison, puis son petit frère meurt au combat en Syrie. Il épouse alors la cause djihadiste, se transforme, apprend la religion "dans les livres et sur internet, en autodid...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles