Procès du 13-Novembre: l'audition des Eagles of Death Metal prévue mardi

Au lendamain des attentats du 13 novembre, the Eagles of Death Metal étaient venus se recueillir devant le Bataclan. - Miguel Medina - AFP
Au lendamain des attentats du 13 novembre, the Eagles of Death Metal étaient venus se recueillir devant le Bataclan. - Miguel Medina - AFP

Le procès des attentats du 13-Novembre, suspendu depuis le 6 mai en raison d'un nouveau cas de Covid-19 parmi les accusés, doit reprendre mardi midi avec les auditions de membres du groupe américain Eagles of Death Metal.

Le chanteur du groupe Jesse Hughes et l'ex-guitariste Eden Galindo sont attendus à la barre de la cour d'assises spéciale de Paris en tout début d'audience, après une audition relative à l'une des terrasses mitraillées.

Leurs auditions étaient prévues cette semaine mais ont dû être reportées, comme toutes les audiences, en raison d'un cas de Covid parmi les accusés.

69 témoignages

Le concert des Eagles of Death Metal au Bataclan le soir du 13 novembre 2015 avait été brusquement interrompu par les tirs de Kalachnikov. Les membres du groupe "sont comme d'autres victimes, ils vivent avec leurs souvenirs douloureux, leur trauma. Ils se traînent avec les années un sentiment de culpabilité majeur, c'était leur concert", avait dit leur avocate, Me Claire Josserand-Schmidt.

876450610001_6304046780001

Au total, 69 rescapés ou proches des victimes des attaques jihadistes qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et Saint-Denis doivent déposer à la barre jusqu'au 19 mai, à raison d'une vingtaine d'auditions par jour.

Les plaidoiries des parties civiles doivent débuter le vendredi 20 mai. En raison de la nouvelle interruption du procès due au Covid, le verdict est désormais attendu le 29 juin.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles