Procès du 13-Novembre : le juge Trévidic raconte la montée du djihadisme et reconnaît ses erreurs

Ancien juge d'instruction antiterroriste de 2006 à août 2015, Marc Trévidic a vu de près la montée du djihadisme moderne qui a conduit aux attentats de novembre 2015. Pendant près de 3h30, il a apporté à la cour un éclairage lucide sur la situation de la justice antiterroriste à cette époque et a reconnu ses erreurs. À commencer par le fait d'avoir placé Samy Amimour, futur tueur du Bataclan , sous contrôle judiciaire et non en prison, en avril 2012. À l'époque, c'est un "dossier parmi d'autres", explique honnêtement le juge.

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Début 2010, "le système judiciaire antiterroriste ne fonctionne plus"

"Et puis il y a eu l'appel de la Syrie en 2013. Tout le monde est parti, je n'ai jamais vu ça, c'était l'exode total", raconte-t-il encore. La gorge serrée, le magistrat avoue qu'à ce moment-là, "le système judiciaire antiterroriste ne fonctionne plus", surchargé, sans moyens. Les "temps de réponse deviennent très très longs, on écoute des sonorisations des jours après, on est dans une situation d’insécurité totale", dit encore Marc Trévidic, qui semble revivre l'époque à la barre.

Son constat d'alors, est providentiel : "Tous les signaux sont au rouge, on n'a aucun moyen d'éviter ce qu'il se profile."

>> LIRE AUSSI - Marc Trévidic : "On ne sait pas où en est le salafisme en France"

Désormais président de cours d'assises à Versailles

"Aujourd'hui, on en est où ?", demande une avocate de pa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles