Procès du 13-Novembre : la justification d'Abdeslam, "indignité absolue" pour les victimes

·1 min de lecture

Contrairement à l’attitude provocatrice et emportée qu’il avait eu depuis le début du procès des attentats du 13-Novembre, c’est un Salah Abdeslam très calme et très poli qui s'est adressé non seulement à la cour mais aussi à la salle et aux victimes : "On a attaqué la France, on a visé la population, des civils, mais en réalité on a rien de personnel à leur égard."

>> Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

Dans la salle, des parties civiles ont fondu en larmes et hoché la tête de colère. "On s'est toujours demandé ce qu'il avait dans la tête. Maintenant, on sait", lâche David Fritz Goeppinger, otage du Bataclan. "C'est terrible. En tant que victimes, on a vécu ça, on a été visé, personnellement touché. Et là, d'un coup, on nous dit ouvertement que 'ce n'est pas de votre faute mais bon, vous étiez là, donc pas de chance'. C'est d'une indignité absolue. (…). La violence, la violence d'entendre ça… Je n'ai pas les mots."

Comme pour répondre à ces parties civiles, Salah Abdeslam explique qu’il ne veut "pas remuer le couteau dans la plaie mais être sincère et ne pas leur mentir". Il clôture son propos par un "merci de m'avoir écouté". C’est finalement la première fois que Salah Abdeslam assume pleinement son "combat contre la France", selon ses mots. Depuis six ans, il ne s’était quasiment pas exprimé. 

"Je suis très en colère", confie une partie civile

"J'avais déjà entendu sa voix de loin sur la web radio", explique Sophie, 37 an...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles