Procès du 13-Novembre: un expert psychiatre conseille de ne pas montrer d'images

·2 min de lecture
Croquis de la salle d'audience du procès des attentats du 13-Novembre. - Benoît Peyrucq
Croquis de la salle d'audience du procès des attentats du 13-Novembre. - Benoît Peyrucq

Un expert psychiatre, cité comme témoin au procès des attentats du 13-Novembre, a recommandé ce vendredi à la cour d'assises spéciale de Paris de ne pas montrer d'images des attaques, estimant que leur diffusion fait "souffrir les victimes".

"Mon point de vue, c'est que montrer ces images fait souffrir les victimes, jouir les bourreaux et ne permet jamais pour ceux qui n'y étaient pas d'arriver à se représenter ce qui a été vécu", a déclaré Thierry Baubet, expert psychiatre et spécialiste du stress post-traumatique.

Faut-il montrer plus d'images pour rendre compte de la réalité de l'horreur des attaques? La question agite les débats depuis jeudi, une association de victimes ayant exprimé ce souhait, après cinq semaines de dépositions des parties civiles à la barre de la cour d'assises spéciale de Paris.

Prendre des précautions?

"Il y a eu très peu, voire pas de diffusion d'images difficiles et de sons. Je pose la question: a-t-on toujours besoin (...) de prendre toutes ces précautions?", a souligné jeudi Arthur Dénouveaux, président de l'association Life for Paris et rescapé du Bataclan. "On va y réfléchir. J'avoue que je me suis aussi posé la question au cours des débats", lui a répondu le président de la cour Jean-Louis Périès, avant de décider de diffuser un extrait sonore de l'attaque du Bataclan, dans lequel on entend notamment les revendications des assaillants.

Le magistrat a ensuite posé la question de cette diffusion aux représentants des autres associations de victimes, auditionnés jeudi et vendredi.

"Je suis convaincu que tous les témoignages portés ici, cette horreur, cette douleur, permettent plus encore que l'image et le son de prendre la mesure des ravages" des attentats, a estimé Philippe Duperron, président de l'association 13Onze15 Fraternité et vérité.

"Faire groupe"

Ce mois d'auditions "montre que pour beaucoup de victimes qui ont témoigné, cette expression leur a apporté beaucoup, comme un jalon, une étape sur leur chemin qui leur permettra, espèrent-elles, de passer à autre chose", a par ailleurs souligné le docteur Thierry Baubet.

"Au-delà de témoigner, le fait d'être à nouveau ensemble, de faire groupe, d'appartenir à une communauté avec une diversité de points de vue, ne peut être que positif", a ajouté l'expert.

Interrogé sur une potentielle réactivation du traumatisme pour les victimes des attentats à l'occasion du procès, Thierry Baubet a fait la distinction entre celles "qui n'avaient pas consulté" et celles au contraire "engagées dans des soins". Pour ces dernières, si le syndrome de stress post-traumatique a été soigné, "il pourra être réactivé, mais il n'y aura pas tout le chemin à faire".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles