Procès du 13-Novembre: les défenses d’Ali Oulkadi et Hamza Atou ouvrent le bal des plaidoiries

Les plaidoiries de la défense ont commencé au procès des attentats du 13 novembre 2015. Lundi 13 juin, les avocates d’Ali Oulkadi et Hamza Atou ont ouvert le bal : on reproche principalement aux deux hommes d’avoir aidé Salah Abdeslam dans sa cavale après les attaques. Le Parquet national antiterroriste a requis 5 et 6 ans de prison à leur encontre.

« Vous êtes quelqu’un de bien, monsieur Oulkadi », lance Me Marie Dosé en ouverture des plaidoiries de la défense, elle qui qui avait conclu celles d’un autre procès emblématique, celui des attentats de Charlie Hebdo. « Vous êtes quelqu’un de bien, vous le savez tous ici, et personne ne peut le nier. »

Pendant deux heures avec sa consœur Me Judith Levy, elle dresse le portrait d’un homme écrasé par la lourdeur des charges qui pèsent contre lui : association de malfaiteurs terroristes et recel de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. Il est pourtant celui contre qui le ministère public a requis la peine la plus légère : 5 ans de prison sans mandat de dépôt. Ali Oulkadi - comme Hamza Atou et Abdellah Chouaa - comparaît d’ailleurs libre, non pas dans le box, mais devant, assis sur un strapontin.

Sur le fond du dossier, Me Marie Dosé s’affaire à rappeler qu’Ali Oulkadi ignorait en le rejoignant dans un quartier de Bruxelles dans la matinée du 14 novembre que Salah Abdeslam rentrait de Paris après une nuit d’horreur.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles