Procès du 13-Novembre : chaque attentat est «un échec» pour l'ex-patron de la DGSI

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
© Benoit PEYRUCQ / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Patrick Calvar

Chaque attentat est "un échec", a admis vendredi l'ancien patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) Patrick Calvar, au procès des attentats du 13-Novembre, avant de se demander si nous sommes prêts "à aliéner notre liberté" pour être plus efficace contre "le fléau terroriste". Directeur des services de renseignement intérieur entre 2012 et 2017, Patrick Calvar n'a pas hésité à mettre les pieds dans le plat au cours de son témoignage devant la cour d'assises spéciale, lors de la dernière audience de l'année avant la reprise du procès le 4 janvier.

"Jusqu’où est-on prêt à aliéner notre liberté pour avoir plus de sécurité ?" 

"La lutte contre le fléau terroriste est loin d'être terminée. Il va falloir faire un choix sur nos libertés. Jusqu’où est-on prêt à aliéner notre liberté pour avoir plus de sécurité ? Sachant que le risque zéro n'existe pas", a souligné à la barre l'ex-patron de la DGSI. "Qu'est-ce qu'on veut ? Plus de sécurité ? Plus de liberté ? Si on veut plus de sécurité, il va falloir entrer plus de technologie. C'est possible, mais il faut qu'on accepte plus de restrictions de nos libertés individuelles", a insisté le policier.  "Le travail des services (de renseignement) est d'éviter la commission d'attentats et nous n'avons pu le faire. Tous ces attentats ont été des échecs pour nos services", avait reconnu auparavant Patrick Calvar, 66 ans, vêtu d'un costume sombre sur une chemise bleue, cheveux blancs et masque noir sur le bas du visage.

Po...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles