Procès du 13 Novembre : Abdeslam condamné à la perpétuité incompressible

Salah Abdeslam a été condamné à la plus lourde peine, requise par le parquet.
Salah Abdeslam a été condamné à la plus lourde peine, requise par le parquet.

« Bien entendu que nous nous attendons à une sanction lourde. Il a apporté son aide à l'État islamique. Il a accepté ensuite de faire partie du commando. Il a déposé trois hommes vêtus de gilets explosifs au Stade de France. Mais quand j'entends requérir une perpétuité sans espoir de libération, je vous avoue que j'ai l'impression qu'on a perdu tout sens de la mesure. » C'était le 24 juin, devant la cour d'assises spécialement composée. Me Olivia Ronen entamait sa plaidoirie pour Salah Abdeslam devant une salle comble – une plaidoirie qui visait d'abord à éviter à son client la peine exceptionnelle de perpétuité incompressible requise par le parquet. Une « peine de mort lente », « une peine de mort blanche », avait-elle dénoncé.

Les magistrats ne l'auront donc pas suivie : Salah Abdeslam est condamné à la perpétuité incompressible. Déjà condamné en Belgique à 20 ans de réclusion pour sa participation à la fusillade qui avait précédé son arrestation, il sera de nouveau jugé pour les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles.

Larmes

Durant l'audience, l'unique survivant des commandos terroristes du 13 novembre 2015 avait largement dérouté l'assistance. Lui qui était resté muet le temps de l'instruction, muet aussi lors de son premier procès, s'était montré au contraire très prolixe, prêt à livrer ce qu'il a nommé sa « vérité » sur les faits – mais prompt aussi à imposer ses règles : tantôt plaintif et tantôt provocateur, faisant valoir un jour son droit au silence [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles