Procès à New York d'un ex-ministre mexicain pour trafic de drogue

Le procès exceptionnel d'un ex-ministre mexicain pour trafic de cocaïne vers les Etats-Unis s'est ouvert mardi à New York, Genaro Garcia Luna étant une ancienne figure de la guerre antidrogue de son pays et qui fut impliqué dans l'affaire de la Française Florence Cassez dans les années 2000.

Ce ministre de la Sécurité publique dans le gouvernement du président Felipe Calderon (2006-2012) avait été arrêté le 9 décembre 2019 à Dallas, au Texas, accusé d'avoir accepté des pots-de-vin pour protéger le cartel mexicain de Sinaloa et d'être impliqué dans un trafic d'au moins 53 tonnes de cocaïne vers les Etats-Unis.

L'homme de 54 ans est le plus haut responsable mexicain à être traduit en justice par les parquets fédéraux de New York, en guerre contre les cartels de drogue d'Amérique centrale et du sud qui profitent de la complicité de ministres locaux pour inonder le marché des Etats-Unis.

L'avocat de Garcia Luna, Cesar de Castro, est arrivé au tribunal fédéral de Brooklyn devant lequel un unique manifestant tenait une pancarte exhortant l'accusé à "ne couvrir personne", notamment l'ancien président mexicain "Calderon (qui) savait".

C'est ce même tribunal de Brooklyn qui avait condamné en 2019 à la prison à vie l'ancien chef du cartel Sinaloa, Joaquin "El Chapo" Guzman. Son comparse, le Colombien Dairo Antonio Usuga, alias "Otoniel", attend son procès dans la même juridiction new-yorkaise, tandis que l'ancien président du Honduras Juan Orlando Hernandez a démenti toutes les accusations de trafic de drogue portées contre lui par le parquet fédéral de Manhattan.

En octobre 2020, M. Garcia Luna a plaidé non coupable de cinq chefs d'accusation devant la justice américaine. Il encourt une peine minimale de 10 ans de prison pouvant aller jusqu'à la perpétuité.

Au coeur de son procès, qui a débuté par la périlleuse sélection des jurés et qui devrait durer deux mois, l'allégation d'avoir accepté des millions de dollars de pots-de-vin pour fermer les yeux sur des tonnes de drogues du cartel de Guzman envoyées aux Etats-Unis de 2001 à 2012.

Garcia Luna aurait même été complice du groupe Sinaloa dès janvier 2001 lorsqu'il est entré puis a piloté jusqu'en 2005 l'agence du Renseignement contre la corruption et le crime organisé. Puis, sous le mandat du président Calderon, il est devenu ministre de la Sécurité publique, contrôlant la police fédérale en guerre contre les gangs de la drogue au Mexique.

Toute sa défense va tourner autour de l'idée qu'il collaborait en fait avec l'agence antidrogue américaine (DEA) pour "combattre les cartels mexicains de la drogue".

Sans lien avec ce procès, Garcia Luna est également accusé d'avoir coorganisé et mis en scène l'arrestation en décembre 2005 de la Française Florence Cassez et de son compagnon d'alors, Israel Vallarta. Le couple avait été accusé de faire partie d'un gang du crime organisé.

af-nr/seb