Prix Sakharov : "Nous allons gagner", assure l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa

·3 min de lecture

La cheffe de file de l'opposition au président Alexandre Loukachenko en Biélorussie, Svetlana Tikhanovskaïa, a reçu mercredi le prix Sakharov des droits de l'Homme lors d'une cérémonie au Parlement européen, au moment où l'UE décidait d'élargir ses sanctions contre Minsk en visant notamment des sociétés.

"Nous sommes destinés à gagner et nous allons gagner", a déclaré mercredi 16 décembre Svetlana Tikhanovskaïa en recevant le prix Sakharov des droits de l'Homme, décerné en octobre à l'opposition démocratique en Biélorussie. L'ancienne candidate à la présidentielle, réfugiée en Lituanie, a salué cette récompense comme "une motivation", un "nouveau départ pour la Biélorussie".

Elle a émis le souhait que "tous les Biélorusses qui sont en prison ou forcés à vivre en exil puissent rentrer à la maison", lors de la cérémonie qui, en raison de la pandémie, s'est déroulée à Bruxelles.

"Le monde entier sait ce qu'il se passe dans votre pays. Nous voyons votre courage. Nous voyons le courage des femmes. Nous voyons votre souffrance. Nous voyons les abus indicibles. Nous voyons les violences. Votre aspiration et votre détermination à vivre dans un pays démocratique nous inspirent", a déclaré le président du Parlement européen, David Sassoli, annonçant par ailleurs qu'une délégation d'eurodéputés se rendrait début 2021 en Biélorussie.

Nouvelle salve de sanctions

Au même moment, les ambassadeurs des 27 ont approuvé un nouveau train de sanctions contre le régime d'Alexandre Loukachenko, ajoutant plus d'une trentaine de noms de personnes et des sociétés à leur liste noire.

Cette troisième série de sanctions touchant 29 individus et sept sociétés ou organisations, dont les identités ne sont pas encore connues, sera effective avec la publication de la nouvelle liste prévue jeudi au journal officiel de l'UE.

"Nous avons décidé de procéder à une nouvelle série de sanctions en réponse à la brutalité des autorités (...). Elles vont affecter les activités économiques du pays", avait assuré début décembre le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, alors que les sanctions précédentes ont échoué à faire cesser la répression.

Comme pour les 55 personnes déjà présentes sur la liste, dont le président Loukachenko et son fils, leurs avoirs dans l'Union seront gelés et elles seront interdites d'entrée sur son territoire.

L'UE n'a pas reconnu la réélection d'Alexandre Loukachenko

Lors d'une rencontre avec la figure de proue des opposants biélorusses, Josep Borrell a de nouveau plaidé pour "la fin des détentions et des violences contre les manifestants pacifiques, la libération de tous les prisonniers politiques et ceux injustement détenus et des poursuites contre les personnes qui ont autorisé et perpétré des violences et des traitements inhumains".

L'UE ne reconnaît pas le résultat de l'élection présidentielle du 9 août que Svetlana Tikhanovskaïa dit avoir gagnée.

Soutenu par Moscou, Alexandre Loukachenko refuse de quitter le pouvoir et n'a évoqué que de vagues réformes constitutionnelles pour tenter de calmer la protestation.

Le prix Sakharov "pour la liberté de l'esprit" a été décerné à dix personnalités de l'opposition, dont Svetlana Tikhanovskaïa ainsi que les deux femmes qui ont fait campagne à ses côtés, Maria Kolesnikova, aujourd'hui emprisonnée, et Veronika Tsepkalo, en exil, ainsi que la lauréate du prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch.

Avec AFP