Prix de l'énergie : une trentaine de piscines publiques ferment leurs portes

© XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Une trentaine de piscines publiques , à Limoges, Granville (Manche) ou Versailles notamment, ont fermé leurs portes lundi car la société exploitante Vert Marine ne peut plus faire face à l'augmentation des prix de l'énergie , a indiqué la société dans un communiqué transmis à l'AFP.

Environ 10% des 4.000 piscines publiques françaises sont gérées via une délégation de service public et non directement par la collectivité où elle est implantée. Souvent chauffées au gaz, les piscines sont des équipements très énergivores et subissent de plein fouet la hausse des prix. La société Vert Marine a dû fermer "pour une durée temporaire" un tiers de ses établissements et a placé "les personnels en chômage partiel", a-t-elle indiqué dans un communiqué transmis à l'AFP.

"Revenir à des coûts supportables"

La facture énergétique de ce délégataire de service public est passée de "15 à 100 millions d'euros", soit "la totalité du chiffre d'affaires annuel de l'entreprise". La société, qui discute avec les collectivités depuis juin n'a pas pu trouver de solution à ce stade, a-t-elle précisé à l'AFP. Elle affirme ne pas vouloir procéder à une multiplication des tarifs par trois.

 

>> LIRE AUSSICergy-Pontoise : la moitié des piscines fermées en raison de la pénurie de maîtres-nageurs

Elle en appelle ainsi "aux instances locales et gouvernementales afin de prendre les décisions nécessaires et inédites pour revenir à des coûts supportables de l'énergie et permettre d'assumer les obligatio...


Lire la suite sur Europe1