Prix du Jockey-Club: 15 pur-sang courent après un titre de champion d'Europe sur 2.100 mètres

182e édition du Prix du Jockey-Club, le 5 juin 2022 à Chantilly, dans l'Oise (JULIEN DE ROSA)
182e édition du Prix du Jockey-Club, le 5 juin 2022 à Chantilly, dans l'Oise (JULIEN DE ROSA)

Ils n'ont que trois ans mais possèdent déjà vitesse et endurance : 15 bébés pur-sang anglais vont batailler dimanche à Chantilly (Oise) dans le Prix du Jockey-Club pour un titre de champion d'Europe sur 2.100 mètres.

Créée en 1836, c'est la meilleure course de sélection au monde pour la génération des trois ans selon le classement officiel en 2022 et 2023 des instances internationales du galop.

Le poulain français Look de Vega se présentera invaincu en deux sorties. "Il a montré du potentiel", a déclaré lors d'une visio-conférence Yann Lerner qui entraîne ce cheval "au gros physique" avec son père Carlos.

L'ancien jockey a raccroché ses bottes en 2010. Il tentera de transformer son premier essai en tant qu'entraineur même si son élève "manque un peu d'expérience".

"Look de Vega a fait un travail rassurant la semaine dernière à Chantilly. Il s'est bien adapté au tracé et a bien monté la cote. Il est en belle condition, a un super mental. On tente le coup!", a-t-il dit.

Acheté 160.000 euros par sa famille "à l'amiable", directement auprès du vendeur, en janvier 2023, Look de Vega peut aussi offrir un 2e sacre à l'Argentin Carlos Lerner installé en France à la fin des années 1980, après celui d'Anabaa Blue en 2001.

Un autre français Fast Tracker a couru lui cinq fois et reste sur trois victoires. "C'est un cheval délicat. Il a appris son métier à Cagnes sur-Mer. Il a posé des problèmes au départ mais il s'est amélioré", a commenté Henri-Alex Pantall, son mentor.

"Fast Tracker est un peu anxieux. Il se stressait dans les boîtes de départ. Maintenant, il a évolué, dans son mental et son physique", a-t-il ajouté.

Seul bémol, "au démarrage il tarde parfois à trouver son action" mais il est toutefois "facile à monter". Il sera confié à l'Anglais James Doyle

- 1,5 million d'euros -

"Il va essayer de bien se placer en partant. J'ai confiance en mon cheval, il est calme, maniable et peut se sortir des éventuels pièges", a détaillé Henri-Alex Pantall.

Le maître entraîneur irlandais Aidan O'Brien, basé à Ballydoyle, présentera Diego Velazquez qui a fini 4e dans la Poule d'Essai des poulains sur 1.600 mètres. "Nous pensons que l'allongement de la distance va l'arranger. 2.100 mètres, c'est sa distance", affirme Aidan O'Brien. "Il a une très belle action, une longue foulée".

L'entraîneur français Jean-Claude Rouget, déjà six succès dans la course, misera sur Wahdan, Arrow Eagle, le frère du vainqueur de l'an dernier Ace Impact, et Grecian Storm.

"Arrow Eagle est différent de son frère. Il est cool. Il a mis du temps à s'enclencher montrant peu de choses le matin. Il est sur la montante et encore perfectible", a raconté Jean-Bernard Roth, l'assistant Deauvillais de Jean-Claude Rouget.

Grecian Storm est "un petit guerrier". Il possède une belle accélération et peut créer une bonne surprise à son entourage", a-t-il dit. Wahdan, "le moins expérimenté", a toutefois "un vrai potentiel et nous a rassuré cette semaine au travail".

Difficile de faire un pronostic, selon Jean-Bernard Roth, le Prix du Jockey-Club "c'est l'occasion de découvrir des poulains sur la montante, capables d'accélérer et qui vont devoir faire preuve de maturité pour gagner".

Autre concurrent en vue, l'anglais Ghostwriter. "Il avait été engagé dans le Derby d’Epsom mais nous avons préféré Chantilly. Nous pensons que le tracé lui conviendra", a déclaré Clive Cox, son entraîneur, "après avoir longuement discuté avec son propriétaire, Jeffrey Colin Smith, et son jockey Richard Kingscote".

Dans cette 184e édition, attention aux représentants du maître entraîneur français André Fabre : Sosie, Alcantor et First Look.

Après le Prix de l'Arc de Triomphe, le Prix du Jockey-Club, parrainé par le Qatar, est la deuxième plus forte dotation du programme de galop, avec 1,5 million d’euros d'allocation totale, dont 857.000 euros reviendront dimanche au nouveau prince de Chantilly.

it/swi