Prix de l’essence : comment fonctionne le chèque carburant dans les Hauts-de-France ?

·3 min de lecture
Photo d'illustration / Getty Images/PhotoAlto

La solution, qui semble privilégiée par le gouvernement, est déjà mise en application dans la région des Hauts-de-France.

Le prix du litre de gazole a atteint un record historique, tandis que le litre du SP95 n'est qu'à 1 centime du record historique, atteint en 2012. À six mois de la présidentielle, le sujet est au coeur des débats entre les candidats, qui multiplient les propositions très différentes.

À LIRE AUSSI >> Prix des carburants : ce que proposent les candidats à la présidentielle

Au sein de l'exécutif, c'est la solution du chèque carburant qui tient la corde. Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement a assuré ce mardi que "c'est une question de jours, et d'ici la fin de la semaine, bien sûr, les mesures seront connues". Quelles modalités ? Comment définir les automobilistes éligibles ? Le gouvernement doit trancher sur ces éléments. Si le gouvernement affirme ne pas s'inspirer des Hauts-de-France, la région présidée par Xavier Bertrand a mis en place depuis 5 ans cette aide.

Jusqu'à 20 euros par mois

Le chèque carburant déployé par Xavier Bertrand, n'est pas versé de manière automatique, c'est à l'automobiliste d'en faire la demande. L'aide, qui s'appelle officiellement "aide aux transports aux particuliers salariés" (ATPS), peut atteindre jusqu'à 20 euros par mois, mais est conditionné à trois critères stricts.

Le site de la région rappelle que pour bénéficier de cette aide, il faut habiter ou travailler en dehors d’un secteur desservi par les transports urbains. Exception faite pour les salariés en horaires décalés. Autre critère, percevoir un salaire net inférieur ou égal à deux fois le Smic. Enfin, il faut travailler à plus de 20 km de son domicile. Une aide évidemment réservée aux habitants des Hauts-de-France qui utilisent une voiture ou un deux-roues motorisé pour se rendre au travail, en CDD ou en CDI.

Le salarié doit fournir des justificatifs

Plusieurs exceptions existent, notamment pour le cas où le temps de transport en commun excède 2h aller-retour ou encore pour les travailleurs intérimaires et ceux dont le lieu de travail varie, pour les utilisateur de covoiturage ou pour les étudiants en formation.

À LIRE AUSSI >> 5 astuces pour payer votre essence moins chère

Afin de bénéficier de l'aide, le salarié doit fournir une attestation de l'employeur ainsi qu'un justificatif de domicile récent, afin d'évaluer la distance du trajet domicile-travail, et les derniers bulletins de salaire pour vérifier qu'il est éligible à l'aide.

50 000 bénéficiaires, 9,2 millions d'euros

Au début de son déploiement, 13 000 personnes touchent cette aide. Élargie depuis, notamment aux familles qui parcourent plus de 100 km dans la semaine, par exemple pour conduire un enfant dans un institut médical, l'aide devrait concerner "environ 50 000" personnes en 2021, indique Antoine Sillani, conseiller régional LR, à La Croix. En 2020, 48 000 personnes ont bénéficié de cette aide, pour un coût de 9,2 millions d’euros. La métropole de Nice a également mis, durant deux ans, une telle aide en place. Un "chèque carburant" de 60 euros par trimestre à condition d'habiter à plus de 10 kilomètres de son lieu de travail.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles