Les prix des carburants en forte hausse après la baisse de la ristourne

Les prix à la pompe ont fortement augmenté avec la fin baisse du montant des deux ristournes accordées aux automobilistes.
Dawn MacDonald, Unsplash Les prix à la pompe ont fortement augmenté avec la fin baisse du montant des deux ristournes accordées aux automobilistes.

CARBURANTS - Coup de chaud à la pompe. Les prix des carburants routiers se sont envolés la semaine dernière en France, en raison de la baisse du montant des ristournes de l’État et de TotalEnergies, selon des chiffres gouvernementaux publiés ce lundi 21 novembre.

Le gazole s’est vendu à un prix moyen national de 1,9059 euro le litre en station-service, soit 10,39 centimes de plus que la semaine précédente, selon des chiffres du ministère de la Transition écologique arrêtés vendredi et publiés ce lundi. Dans certaines stations, le prix du gazole a même (re)dépassé les deux euros le litre.

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

L’essence sans plomb 95-E10 a pour sa part augmenté de 13,40 centimes et s’affichait en station à 1,7514 euro le litre en moyenne. Le sans-plomb 95 coûtait 1,7828 euro le litre en moyenne, en hausse de 9,73 centimes.

Des remises de 10 centimes jusqu’au 31 décembre

L’explosion des prix est majoritairement liée à la baisse, mercredi 16 novembre, des remises jusqu’alors en vigueur sur le litre de carburant : celle de 30 centimes d’euro, financée par l’État depuis le 1er septembre, a diminué à 10 centimes, et celle de TotalEnergies est passée de 20 à 10 centimes.

Ces deux remises de 10 centimes resteront en vigueur jusqu’au 31 décembre. Pour 2023, le gouvernement prévoit une aide ciblée sur certains automobilistes « qui ont du mal à joindre les deux bouts », avait affirmé le ministre Gabriel Attal, sans fournir plus de précisions.

Avant ces coups de rabot sur mes remises, les stations-service françaises ont été assaillies par des automobilistes soucieux de bénéficier de ristournes plus élevées. Nombre d’entre elles manquaient d’au moins un carburant et certaines étaient totalement à sec, particulièrement en Île-de-France et en Auvergne-Rhône-Alpes.

À voir également sur Le Huffpost :

Lire aussi