Le prix de votre billet d’avion va-t-il s’envoler pour financer la SNCF ?

C’est une annonce prononcée à demi-mots qui est loin de faire l'unanimité. À l’issue du congrès de la Fédération nationale de l'aviation (Fnam) jeudi 25 mai dernier, le ministre délégué aux Transports, Clément Beaune, a fait comprendre aux acteurs de l’aviation qu’ils allaient devoir aider la SNCF à se remettre sur les rails. Les infrastructures vieillissantes de la compagnie ferroviaire nécessitent en effet des financements importants pour pouvoir rester dans la course, alors que l’ouverture à la concurrence est progressivement en train de lui faire de l’ombre.

Toute la matinée, les différents intervenants du congrès avaient pourtant insisté : il ne faut pas ajouter de la fiscalité à la fiscalité au risque de plomber le secteur déjà fortement pressurisé par la transition écologique. Car côté aviation, il y a aussi un sacré chantier à opérer, rappellent nos confrères des Échos. En parallèle de la rencontre du Fnam, l’Union européenne annonçait justement ce jeudi matin la signature d’un accord pour forcer les avionneurs à utiliser 6 % de biocarburant d’ici à 2030 pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L'objectif étant d’atteindre 70 % de carburant de synthèse en 2050. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela coûte très cher.

“Nous engagerons des discussions dans les prochaines semaines sur la contribution du secteur à la construction de nouvelles infrastructures” de la SNCF, a tout de même conclu le ministre délégué aux Transports, faisant la sourde oreille (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'agence Scope abaisse la perspective de la France
Il ouvre la porte de l'avion en plein vol, neuf personnes hospitalisées
Selon le secrétaire de l'US Air Force, les F-16 ne changeront pas le cours de la guerre en Ukraine
Gaz, déclaration de biens immobiliers… Ce qui change au 1er juin
Roland-Garros, un juteux business pour la Fédération française de tennis