Privatisations : «Quand l'État-stratège démissionne au profit de l'État-comptable»

Soubelet, Bertrand
Le Ministère de l'Économie et des Finances, à Bercy (12e arrondissement). / LOIC VENANCE/AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE - Pour le Général Soubelet, l'annonce de la privatisation d'ADP ou de la Française des jeux est le signe d'un renoncement de la part de l'exécutif. Le précédent de la cession des autoroutes devrait, selon lui, faire réfléchir à deux fois avant de prendre une telle décision.

Général de corps d'armée, ex-numéro trois de la gendarmerie nationale, Bertrand Soubelet est l'auteur de Tout ce qu'il ne faut pas dire (Plon), ouvrage sans concessions sur la situation de la France, et Sans autorité, quelle liberté? (éd. de l'Observatoire).

Pourquoi les gouvernements successifs depuis François Mitterrand renoncent-ils à la souveraineté de notre pays et au rôle essentiel de régulation de l'État?

Par manque de courage, par manque de vision?

Probablement les deux à la fois, mais également à cause d'une conception de la politique anachronique et issue d'un monde révolu.

Les nouveaux responsables de notre pays revendiquent la nouveauté et une pratique politique différente. Et pourtant eux aussi sont guidés par des raisonnements comptables qui sacrifient le long terme au profit de gains financiers ou électoraux immédiats.

Ce «court-termisme» se vérifie tous les jours dans notre vie publique.

Les premières décisions du gouvernement Philippe à l'été 2017 en sont l'illustration. La baisse des APL, l'amputation des dotations des collectivités locales et celle du budget des Armées de 850 millions d'euros révèlent cette primauté de la logique comptable sur les choix politiques de fond.

Aujourd'hui, dans une certaine discrétion, se joue la privatisation d'un fleuron des infrastructures des transports aériens: le groupe ADP Aéroports de Paris, soit 17 000 salariés et une activité qui génère plus de 400 millions d'euros de bénéfices en 2017.

Bien que l'entreprise soit rentable, l'État s'apprête donc à effectuer un nouveau renoncement. Celui de la régulation d'une filière majeure (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Laïcité, immigration, sécurité: les vérités dérangeantes du général Soubelet 
«L'Union européenne tue l'Europe» 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro