Pas de privation d’aides pour les entreprises liées à des paradis fiscaux ? Ne pleurez pas, c’était pour faire joli

Une mesure en carton-pâte. Ce jeudi 23 avril, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, annonçait fièrement sur franceinfo que les entreprises liées de près ou de loin avec des paradis fiscaux ne bénéficieraient pas des aides de l’Etat pour se relancer après la pandémie de Covid-19. Un imbroglio au Parlement plus tard, la mesure a finalement disparu du projet de loi de finances rectificative adopté l’après-midi. On ne la regrettera pas cependant, car ses conditions d’application la ravalaient au rang de simple coup de com’ gouvernemental, purement cosmétique.

Rembobinons. Jeudi matin, Bruno Le Maire, chantre d’un nouveau capitalisme immaculé, pavoisait à la radio publique. "Il va de soi que si une entreprise a son siège fiscal ou des filiales dans un paradis fiscal, je veux le dire avec beaucoup de force, elle ne pourra pas bénéficier des aides de trésorerie de l'Etat", déclarait-il, assurant que la France allait suivre l’exemple danois. Et d’insister : "

Lire la suite