Privé de réseaux sociaux, Trump ferme aussi son "blog"

·3 min de lecture

L'un des proches collaborateurs de Donald Trump a confirmé mercredi à la presse américaine que le blog personnel de Donald Trump n'était plus actif et ne serait pas relancé. Selon lui, il ne s'agit pas d'opérer un retrait médiatique mais au contraire de préparer le retour de l'ex-président des Etats-Unis sur "une autre plateforme".

Le site qui rassemblait en ligne les communiqués de Donald Trump, banni des réseaux sociaux, a été fermé en prévision d'une possible transition vers une autre plateforme, a laissé entendre mercredi son conseiller Jason Miller. 

"Oui, précisément" 

"On ne relancera pas le blog", ainsi confirmé Jason Miller par mail à la chaîne CNBC. "Ce n'était qu'une pièce d'un dispositif plus vaste que nous employons et sur lequel nous travaillons", a-t-il affirmé. Il n'est pas allé plus loin lors de cet échange. "J'espère avoir plus d'informations sur ce dispositif bientôt, mais je n'ai pas une connaissance précise de ce calendrier", s'est-il borné à déclarer au média. 

Pourtant, interrogé plus tard par une ex-responsable du Parti républicain, désireuse de savoir s'il fallait voir dans cette fermeture un "prélude à ce qu'il rejoigne une autre plateforme de réseau sociaux?", Jason Miller a rétorqué: "Oui, c'est précisément ça. A suivre!" Le même homme avait déclaré fin mars que Donald Trump reviendrait en ligne d'ici trois mois avec "sa propre plateforme".  

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans le sillage du Capitole 

Lancé en mai, le "blog" de l'ex-président républicain n'était en fait qu'un onglet sur son site, intitulé Depuis le bureau de Donald J. Trump (c'est-à-dire From the desk of Donald J. Trump en VO), où étaient rassemblés ses communiqués. Ce qui lui avait valu des moqueries de la part d'observateurs qui s'étaient attendus, derrière ce lancement annoncé, à une véritable nouvelle plateforme en ligne. 

Ses communiqués apparaissent désormais sous la rubrique "Actualités" de son site, tandis que l'onglet de l'ancien blog renvoie les internautes vers un formulaire en ligne pour "recevoir les alertes de Donald J. Trump". 

Le milliardaire républicain a été évincé de Twitter et Facebook alors qu'il était encore président, accusé d'avoir encouragé l'invasion du Capitole par une foule de ses partisans pendant la cérémonie de certification de la victoire de son rival Joe Biden, le 6 janvier. Une interdiction critiquée par les conservateurs qui jugent que les réseaux sociaux s'attaquent ainsi à la liberté d'expression. 

Le tempétueux républicain continue d'envoyer régulièrement à une liste d'abonnés ses communiqués, où il affirme, avec le langage et les majuscules qui le caractérisent, qu'il n'a pas perdu l'élection présidentielle de novembre. Mais leur écho est bien moindre que lorsqu'il s'exprimait sur les réseaux sociaux: il comptait près de 89 millions d'abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram avant d'être banni.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles