Les prisons, berceaux des deux gangs les plus influents du Brésil

Avec un taux d’occupation de près de 165 %, le Brésil fait face à une surpopulation carcérale record depuis des années. Un engorgement historique qui a donné naissance aux deux plus grandes factions criminelles du pays : le Comando Vermelho (CV) en 1979, et le Primeiro Comando da Capital (PCC) en 1993. Depuis des dizaines d’années, ces deux gangs se servent des failles systémiques de la politique carcérale pour former, recruter et développer leurs réseaux.

"CV" – l’inscription est discrète. Elle est taguée en noir sur un mur d’une rue adjacente à la Via Apia, l’une des artères principales de la favela Rocinha à Rio de Janeiro, au Brésil. Si, pour beaucoup, ces deux lettres ne signifient pas grand-chose, les habitants savent qu’elles marquent sans détour qui est aux commandes de la plus grande favela d’Amérique du Sud : le Comando Vermelho.

Plus ancienne faction criminelle du Brésil, elle est devenue aujourd’hui l’une des plus puissantes. À l'origine, le Comando Vermelho est une alliance entre militants communistes et groupes criminels incarcérés à la prison Candido Mendes, située sur l’île d’Ilha Grande, à une centaine de kilomètres au sud de Rio. Si ses plages paradisiaques ont attiré près de 290 000 touristes en 2023, selon la Fondation brésilienne Getúlio Vargas, peu savent qu’elle abritait jusqu’en 1994 l’une des prisons les plus sécurisées du pays.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Brésil : les enfants des favelas, victimes de balles perdues lors d’interventions policières
Après une nouvelle vague de violences policières, le Brésil sous le choc
Brésil : l'enfer de la prison vu par d'anciens détenus