"Prisonniers politiques", "co-officialité"... Parlez-vous le nationaliste corse?

Geoffroy Clavel
Les chefs de file de la coalition

POLITIQUE - Après la reprise du dialogue initiée sur place début janvier par la "Madame Corse" du gouvernement, Jacqueline Gourault, les chefs de file nationalistes de l'île de Beauté, Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, se rendent ce lundi 22 janvier à Paris pour y exposer leurs revendications auprès du premier ministre Edouard Philippe.

Le dialogue renoué entre le courant nationaliste et l'exécutif, rendu possible par la philosophie décentralisatrice du président Macron, n'en demeure pas moins fragile. Le 6 février, Emmanuel Macron se rendra en Corse pour le 20e anniversaire de l'assassinat du préfet Erignac, un symbole de la plaie béante encore ouverte entre Paris et Ajaccio. Hommage auquel le leader indépendantiste Jean-Guy Talamoni refuse de participer. "J'écrivais il y a deux ans que ma compassion était acquise à la famille du préfet Erignac. Elle ne pouvait prendre la forme d'une participation à la cérémonie officielle qui devait lui être consacrée (...) mon sentiment demeure le même aujourd'hui", écrit-il dans une tribune publiée par Corse Matin, tout en plaidant en faveur d'un "hommage commun" organisé à la mémoire de "l'ensemble de ceux qui ont perdu la vie" lors du "long conflit corse".

Comme souvent, les mots ont leur importance et ils pèseront lourd dans les négociations à venir entre le tandem corse et le gouvernement français. Encore faut-il qu'ils soient compris de la même manière par tout le monde. Et vous? Parlez-vous le nationalisme corse?

PÈ A CORSICA (POUR LA CORSE)

C'est le nom de la coalition nationaliste créée en 2015 rassemblant autonomistes et indépendantistes. Elle a conservé et réaffirmé son pouvoir en Corse à l'occasion des dernières élections territoriales où elle s'est classée très largement en tête avec 56,46 % des suffrages exprimés au second tour. Lors des dernières élections législatives, elle a remporté trois des quatre sièges mis en jeu et dispose donc d'une légitimité réelle face à Emmanuel Macron qui a peiné à...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages