Prisonniers basques: des trains et des routes bloqués par des manifestants demandant leur libération

Des manifestants des associations
Des manifestants des associations

Multiples blocages sur la route des vacances dans le Pays basque. Des actions menées par des manifestants demandant la libération de prisonniers basques sont en cours ce samedi dans le sud-ouest, notamment à l'aéroport de Biarritz et sur plusieurs voies ferrées et routières, selon des médias locaux. Six personnes ont été placées en garde à vue pour leur rôle pendant une des actions de blocage.

4 TGV et 2 TER sont actuellement bloqués, ce samedi matin, selon la préfecture des Pyrénées-Atlantique, après que des militants de l'association Artisans de la Paix, qui dit oeuvrer pour la démilitarisation de l'organisation séparatiste basque ETA, se sont enchaînés sur les voies entre Boucau et Bayonne, dans les Pyrénées-Atlantiques. Certains passagers étaient bloqués en pleine voie depuis trois heures, aux alentours de 13h30.

La SNCF indique sur Twitter qu'aucun train ne part au départ de Bayonne jusqu'à nouvel ordre, en réponse à des passagers inquiets.

Le TGV n°8531 au départ de Paris et à destination de Hendaye indique ce samedi en milieu de journée au moins 2 heures de retard, sur le site de la compagnie ferroviaire.

Des blocages ont également été mis en place sur plusieurs voies routières, d'après Sud-Ouest. À Biarritz, la circulation est bloquée sur la D810 entre le viaduc de la Négresse et le rond-point du Mousse, ainsi que dans le boulevard Marcel-Dassault. Les villes d'Espelette, au niveau du col de Pinodieta, d'Ascain, mais aussi d'Hendaye ou encore de Saint-Jean-Pied-de-Port sont également touchées.

L'aéroport de Biarritz provisoirement bloqué

Six militants se sont par ailleurs allongés sur le tarmac de l'aéroport de Biarritz ce samedi matin vers 8h30, s'enchaînant les uns aux autres, rapporte France 3. Mais ils ont été délogés rapidement par les forces de l'ordre et placés en garde à vue. Les vols ont repris vers 9h15.

Environ 1700 personnes selon les organisateurs , 950 selon la préfecture, se sont réparties samedi sur dix points de blocage d'axes de circulation, sur la côte basque comme à l'intérieur des terres.

Bake Bidea, qui se décrit comme un "mouvement civil en faveur du processus de paix", avait annoncé dès fin juin son intention de bloquer "l'ensemble des voies du communication" du Pays basque, afin de protester contre le maintien en détention depuis 32 ans de deux anciens membres d'ETA, condamnés à perpétuité en 1997 pour un attentat meurtrier causé en Espagne.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles