En prison, surpopulation et Covid inquiètent

Par Valentine Arama
·1 min de lecture
Au 1er janvier, il y avait 62 673 personnes détenues dans les prisons françaises.
Au 1er janvier, il y avait 62 673 personnes détenues dans les prisons françaises.

Ils sont 4 000 détenus de plus qu'il y a six mois. Après une vague de libérations massives pour cause de crise sanitaire ? résultat de la circulaire Belloubet, qui a entraîné son lot de complications ?, les prisons se sont de nouveau remplies au cours des derniers mois. « Ça remonte doucement, mais sûrement », prévient François Bès, coordinateur du pôle enquête de l'Observatoire international des prisons. Selon un article publié par l'OIP en début de semaine, il y avait au 1er janvier 62 673 personnes détenues dans les prisons françaises pour moins de 61 000 places (contre environ 72 000 personnes incarcérées avant le confinement de mars).

« La circulaire a été prévue pour trois mois, sur toute la période du premier confinement. À la réouverture des tribunaux en mai, l'activité a repris, tout comme les incarcérations », note François Bès. « Conséquence ? 62 maisons d'arrêt ou quartiers de maisons d'arrêt connaissent actuellement des taux d'occupation de plus de 120 %, dix-neuf d'entre eux de plus de 150 % », indique l'OIP. La prison de Nîmes accueille par exemple 386 détenus pour 200 places quand celles en région parisiennes connaissent une surpopulation de plus de 150 %. Le 30 janvier 2020, la France avait d'ailleurs été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui recommandait d'envisager dans les meilleurs délais des mesures « contre le surpeuplement carcéral ».

À LIRE AUSSIJustice sous tension après la libération de dizaines de déte [...] Lire la suite