"Une prise de risque" : Julian Bugier fait un gros pari dans le 13h de France 2

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Voilà déjà neuf mois que Julian Bugier est le présentateur du journal de 13h, diffusé sur France 2. Pour l’occasion, le journaliste a accepté de se confier à 20 minutes, ce lundi 4 octobre, en établissant un bilan vis-à-vis de son JT, en s’exprimant au sujet de la progression encourageante des audiences, mais aussi en évoquant ses projets. Son ambition est notamment de "renforcer [l]es liens avec le public" puisque son journal "a vocation à être plus proche du territoire". Ouvertement, le compagnon de Claire Fournier a dévoilé son "envie de délocaliser régulièrement le journal".

"On va lancer une grande opération cette saison avec plusieurs délocalisations. La première est prévue mi-octobre. C’est une prise de risque pour nous, mais j’ai envie de le prendre", a expliqué Julian Bugier, qui voit-là "une manière de traiter de la campagne présidentielle à l’aune des préoccupations des Français, sans attendre que les propositions viennent d’en haut". "On va aller à la rencontre des Français, si possible une fois par mois. On sera en plateau au milieu des gens et on racontera les préoccupations nationales par le prisme local, celui de la région dans laquelle on se trouvera", a développé le journaliste de 40 ans, en précisant qu’il y a la possibilité que ce soit le département de la Seine-Maritime qui soit choisi en premier par son équipe.

"Ce département coche beaucoup de problématiques que l’on retrouve au niveau national : une baisse des revenus moyens des foyers de classe moyenne, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Amel Bent maman absente ? Ces reproches qu'elle craint de recevoir de la part de ses filles
Héritage de Bernard Tapie : qu'a-t-il prévu pour ses enfants ?
VIDEO – « Il souffrait terriblement » : Franz-Olivier Giesbert raconte les derniers instants de Bernard Tapie
Elizabeth II s'agace d'un projet radical de Charles et Camilla
Elsa Esnoult sans tabou au sujet de ses complexes : "Je n'arrête pas de retoucher mes photos"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles