Prise en otage depuis 2012, une famille libérée par les Talibans

La famille Boyle-Coleman sur une vidéo transmise par les talibans en 2016.

Une famille nord-américaine capturée en Afghanistan en 2012 a été libérée, a indiqué l'armée pakistanaise jeudi. Elle était prise en otage par les talibans.

Une famille nord-américaine capturée en Afghanistan en 2012 et retenue en otage depuis, a été libérée lors d'une opération de l'armée pakistanaise menée sur la base de renseignements américains, a indiqué l'armée pakistanaise jeudi. "L'armée pakistanaise a récupéré cinq otages occidentaux - un Canadien, son épouse américaine et leurs trois enfants - détenus par des terroristes, lors d'une opération de militaires pakistanais", selon le communiqué de l'armée. "Les agences de renseignement américaines pistaient (les otages) et ont communiqué leur passage au Pakistan le 11 octobre 2017 via l'agence tribale de Kurram", frontalière de l'Afghanistan, poursuit l'armée.

Lire aussi : Afghanistan. Les taliban multiplient les kidnappings et assassinats

"L'opération des forces pakistanaises, basée sur des renseignements des autorités américaines, a été couronnée de succès. Tous les otages ont été libérés sains et saufs et sont en train d'être rapatriés dans leur pays d'origine". "Nous saluons les articles de médias indiquant qu'une famille comprenant des citoyens américains a été libérée de captivité", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'ambassade américaine à Islamabad, sans confirmer leur identité. L'armée pakistanaise ne communique pas non plus l'identité des personnes, mais il pourrait s'agir du Canadien Joshua Boyle et de son épouse américaine Caitlan Coleman, enlevés en 2012 par les talibans lors d'un voyage en Afghanistan, et qui ont eu au moins deux enfants en captivité.

Le couple nord-américain et deux de leurs enfants étaient apparus en décembre 2016 dans une vidéo des insurgés afghans, dans laquelle ils en appelaient au président des Etats-Unis d'alors, Barack Obama, et à son successeur, Donald Trump, à venir au(...)


Lire la suite sur Paris Match

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages