"Prise illégale d'intérêts": Eric Dupond-Moretti à nouveau convoqué par la CJR

·3 min de lecture

INFO BFMTV. Mis en examen dans ce dossier, le ministre de la Justice est convoqué le 28 février par la Cour de Justice de la République. Il est soupçonné de s'être servi de son statut pour régler ses comptes avec certains magistrats.

Il connaît déjà le chemin... Selon nos informations, Éric Dupond-Moretti est à nouveau convoqué devant la commission d'instruction de la Cour de Justice de la République, dans l'enquête pour "prise illégale d'intérêts" ouverte en janvier 2020. Mis en examen dans cette affaire le 16 juillet 2021 au terme d'une audition de six heures, l'actuel ministre de la Justice est convoqué pour une nouvelle audition le lundi 28 février, a appris BFMTV auprès de sources concordantes.

Dans ce dossier, Éric Dupond-Moretti est soupçonné de s'être servi de son statut de ministre pour régler ses comptes avec certains magistrats avec qui il avait eu maille à partir lorsqu'il était avocat. 

Son impartialité mise en cause

Déclenchée à la suite de plaintes déposées par l'association Anticor, par le Syndicat de la magistrature (SM) et l'Union syndicale des magistrats (USM), l'enquête de la Cour de justice de la République s'intéresse aux conditions dans lesquelles Eric Dupond-Moretti, alors ministre, a déclenché des enquêtes administratives visant trois magistrats du Parquet national financier impliqués dans l'affaire dite des "écoutes de Paul Bismuth". 

Les juges tentaient alors d'identifier la "taupe" de Nicolas Sarkozy l'ayant informé qu'il était placé sur écoutes. Pour cela, ils avaient épluché les factures détaillées de plusieurs ténors du barreau dont Eric Dupond-Moretti qui, l'apprenant, avait déposé une plainte avant de la retirer, une fois nommé ministre. Anticor et les syndicats de magistrats le soupçonnent donc de ne pas avoir été totalement impartial en diligentant cette enquête administrative.

Procédure habituelle

La Cour de justice de la République se penche aussi sur l'enquête administrative visant le juge Edouard Levrault, spécialisé dans la lutte contre la corruption dans le sud de la France et qu'Eric Dupond-Moretti avait qualifié de "cow-boy" du temps où on l'affublait du surnom "d'Acquittator".

Sur la base de ces soupçons, les trois magistrats de la commission d'instruction de la Cour de justice de la République avaient mis en examen le ministre, le 16 juillet 2021, au terme d'une audition de six heures et après une perquisition rocambolesque de plus de 15 heures des bureaux du ministère, place Vendôme. Perquisition au cours de laquelle ils étaient allés jusqu'à percer des coffres-forts à la disqueuse.

Alors que les auditions se sont multipliées ces derniers mois, ils ont donc décidé de réinterroger le ministre sur ces soupçons et l'ont convoqué le 28 février pour cela. Dans ce genre de dossier complexe, il est habituel que les mis en cause soient entendus plusieurs fois par les magistrats instructeurs.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Éric Dupond-Moretti : sa compagne Isabelle Boulay très affectée par sa mise en examen

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles