Prise d'un accès de prudence, Wall Street finit en baisse

Wall Street termine en baisse, faisant preuve de prudence au moment où les promesses de Trump tardent à se concrétiser

New York (AFP) - a terminé en baisse lundi, faisant preuve de prudence au moment où les promesses du président Donald Trump, qui l'ont tant fait monter depuis l'élection américaine, tardent à se concrétiser: le Dow Jones a perdu 0,24% et le Nasdaq 0,37%.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a reculé de 51,37 points à 20.954,34 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 21,58 points à 5.849,17 points. L'indice élargi S&P 500 a concédé 7,81 points, soit 0,33%, à 2.375,31 points.

"Les investisseurs commencent à être frustrés qu'il y ait beaucoup d'informations venant du gouvernement mais qu'il n'y ait pas beaucoup d'action" en matière économique, a estimé Jack Ablin de BMO Private Bank.

Le nouveau président américain a certes comme prévu signé une nouvelle version de son décret migratoire lundi mais il n'a toujours pas détaillé les mesures économiques, notamment fiscales, qui ont fait grimper Wall Street depuis son élection le 8 novembre.

Le Dow Jones avait encore passé un cap symbolique la semaine précédente en franchissant pour la première fois les 21.000 points et le S&P 500, qui sert de jauge plus fidèle au marché d'actions américain, a pris plus de 11% depuis le scrutin.

"On avait peut-être besoin de s'arrêter et de marquer une pause", a commenté Chris Low de FTN Financial.

Seul indicateur notable lundi, les commandes industrielles ont augmenté légèrement plus que prévu en janvier aux Etats-Unis, tirées par le secteur volatil des transports, ce qui n'a pas été de nature à inverser la tendance négative de la Bourse.

D'autant plus que des "marchés européens en baisse ont donné le ton, avec des inquiétudes pesant sur l'élection française", a ajouté M. Low.

Temps fort de la semaine sur le plan des statistiques économiques, les chiffres mensuels sur le marché du travail américain sont attendus pour vendredi.

Avant cela, la Banque centrale européenne (BCE) se réunira jeudi mais les analystes estiment qu'elle ne bouleversera pas sa politique monétaire, très accommodante.

En revanche, la plupart des investisseurs sont convaincus que la Réserve fédérale américaine (Fed) relèvera ses taux lors de sa réunion des 14 et 15 mars, notamment depuis que sa présidente Janet Yellen a laissé transparaitre des indices en ce sens dans un discours tenu vendredi.

Le marché obligataire reculait. Vers 21H20 le rendement des bons du Trésor à 10 ans montait à 2,493%, contre 2,484% vendredi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,099%, contre 3,074% précédemment.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages