Prise d'otages à Paris: le patron de la BRI raconte les négociations "complexes"

·2 min de lecture

L'individu interpellé pourrait souffrir de "problèmes psychologiques" suite à une rupture de traitement. Une enquête a été ouverte pour séquestration.

C'est la fin d'une prise d'otages de plus de 16 heures. Un forcené a été interpellé ce mardi matin vers 8h30 après une négociation "longue", "complexe", mais menée "sans violence", comme le raconte Simon Riondet, commissaire divisionnaire et chef de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) à BFMTV. 

L'homme de 56 ans avait pris en otage deux femmes, une mère et sa fille, menacées d'un couteau dans une quincaillerie du 12e arrondissement de Paris. La mère a d'abord été libérée lundi soir vers 22 heures, puis sa fille a également été relâchée ce mardi vers 8h10. Les deux femmes ne sont pas blessées, mais sont psychologiquement choquées.  

Un individu "dans un grand délire psychologique"

Le commissaire divisionnaire explique la longueur des négociations par la personnalité particulière de l'individu interpellé. "L'individu n'était pas ancré dans la réalité", indique-t-il, décrivant une personne "complètement perdue" et "dans un grand délire psychologique".

"Ça a mis un peu de temps pour le faire redescendre" car "il fallait du temps pour prendre du recul par rapport à sa pulsion (...) qui l'a amené à prendre deux femmes qu'il ne connaissait pas en otage". Il faut être "patient", mais "déterminé" dans ce genre de situation, estime Simon Riondet. 

Une "première victoire" lundi dans la soirée

"On a réussi cependant (lundi) vers 22h45 à l'engager à libérer une des deux otages, ce qu'il a fait, donc c'était une première victoire, le signe pour nous qu'on allait probablement pouvoir sortir de manière très positive de cette crise", poursuit-il.

Pendant les négociations, le preneur d'otages a réclamé un entretien avec un officiel. Le préfet de police de Paris s'est donc rendu en personne devant le magasin où il était retranché. Un dialogue entre les deux hommes a permis d'obtenir finalement la reddition du forcené.  

"Le préfet de police lui a proposé de se positionner devant le commerce et de sortir pour se rendre. C'est ce qu'il a fait. Il est sorti avec l'otage, il a été immédiatemment interpellé, mais sans violence", se félicite le chef de la BRI.

Il a "fini par entendre raison"

Didier Lallement, préfet de police de Paris, reconnaît une situation "extrêmement difficile", mais se réjouit de l'issue de la prise d'otages. "(L'individu) a fini par entendre raison, après ces longues discussions", salue-t-il.

L'homme interpellé était connu dans le quartier pour des "problèmes psychologiques". Il avait changé de comportement ces dernières semaines, indiquent certains voisins à BFMTV. Une enquête pour séquestration a été ouverte par le parquet de Paris et doit permettre d'en savoir plus sur ses motivations.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Prise d'otages à Paris: le forcené se rend après 17 heures, pas de blessé

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles