Publicité

Prise d'otage en Suisse: l'acte terroriste écarté, le preneur d'otage voulait aller en Angleterre

Un policier à proximité d'un train, où des passagers ont été pris en otages, le 8 février 2024 à Essert-sous-Champvent, en Suisse (Fabrice COFFRINI)
Un policier à proximité d'un train, où des passagers ont été pris en otages, le 8 février 2024 à Essert-sous-Champvent, en Suisse (Fabrice COFFRINI)

Le ressortissant iranien, auteur de la prise d'otages dans un train jeudi soir en Suisse avant d'être abattu par la police, se plaignait de sa condition de demandeur d'asile mais les autorités ont écarté la piste de "l'acte terroriste".

"Aucun élément ne nous oriente vers un acte terroriste. Ni terroriste ni jihadiste", a indiqué vendredi à l'agence Keystone-ATS le porte-parole de la police cantonale vaudoise, Jean-Christophe Sauterel.

Le preneur d'otage est un iranien de 32 ans, demandeur d'asile en Suisse, selon les autorités. Il a été abattu lors de l'assaut de la police jeudi soir, après avoir pris en otages 12 passagers et le conducteur de la rame pendant quatre heures.

Dans un premier temps la police avait fait état de 15 otages.

Les personnes qu'il retenait ont été libérées saines et sauves puis interrogées par la police dans la foulée pour établir les faits.

"D’après les premiers éléments de l’enquête, ses motivations seraient dues à ses conditions de requérant d’asile, ainsi qu’à sa volonté insistante d’avoir des contacts avec une collaboratrice d’un centre de requérants d’asile", précise la police dans un communiqué vendredi soir.

Elle ajoute que les forces de l'ordre avaient "dû intervenir à plusieurs reprises à cause de son comportement."

Dans une vidéo, publiée par le quotidien en ligne 24heures et filmée par un otage, l'homme, aux cheveux et à la barbe courts, tient des propos décousus dans un anglais très approximatif.

Il y explique vouloir aller en Angleterre parce qu'il n'est pas content de sa situation en Suisse.

- Hache, couteau, marteau -

La prise d'otages a commencé jeudi vers 18H35 quand le preneur d'otage est monté dans le train reliant Yverdon, au bord du lac de Neuchâtel dans l'ouest de la Suisse, à Baulmes, armé d'une hache, d'un couteau et d'un marteau.

Il a forcé le conducteur de la rame arrêtée en gare d'Essert-sous-Champvent, à une demi douzaine de kilomètres d'Yverdon, à quitter son poste et à rejoindre les autres passagers.

Les forces de l'ordre ont été alertées par ces derniers et les négociations avec le preneur d'otages se sont en parties déroulées par la messagerie Whatsapp et par le biais d'un interprète parlant le farsi, la langue majoritaire en Iran.

Les autorités ont finalement pris la décision de donner l'assaut. Les policiers sont entrés en action aux alentours de 22H15.

Des images diffusées sur le réseau social X montrent la rame immobilisée dans la nuit avant plusieurs fortes explosions très lumineuses. Une manœuvre des policiers pour arriver à éloigner le preneur d'otages de ses victimes, a expliqué M. Sauterel.

Attaqué par le preneur d'otage, un membre du groupe d'intervention a fait usage d'un pistolet électrique pour l'immobiliser. Mais comme il poursuivait sa course, un second policier a ouvert le feu et a mortellement blessé l'assaillant, qui tentait d'atteindre un des otages, souligne le communiqué diffusé vendredi.

Au total, une soixantaine de policiers ont été engagés dans cette opération. Les groupes d'intervention du canton et de la ville de Lausanne ont été appuyés par des tireurs d'élites de la police cantonale genevoise.

- Rare en Suisse  -

Les prises d'otages sont assez rares en Suisse, surtout de cette ampleur. Les dernières à avoir défrayé la chronique avaient des motivations crapuleuses.

En janvier 2022, des malfrats avaient pris en otage un couple et deux employés d'une entreprise pour accéder aux coffres où étaient entreposés des métaux précieux, mais ils avaient finalement fui sans leur butin.

En novembre 2021, un directeur d'une entreprise horlogère avait été pris en otage à son domicile avec des membres de sa famille. Après avoir dérobé de l'or de son entreprise, les six preneurs d'otages avaient fui en France voisine.

vog/def