Quelle prise en charge pour les femmes et enfants rapatriés de Syrie ?

35 enfants et 16 femmes ont été rapatriés de Syrie sur le sol français.  Revenir à une vie normale : c’est le défi auquel sont confrontés ces dizaines de femmes et d'enfants retenus en captivité depuis plusieurs années en Syrie.  Un défi auquel la France elle-même doit faire face. Dans un premier temps, les femmes sont placées en garde à vue dans les locaux de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Les mineurs placés en famille d'accueil ou chez un membre de leur famille

Puis, elles seront probablement mises en examen avant une probable détention provisoire, le temps qu’elles obtiennent leur procès. Un dispositif qui existe depuis 2012 comme le rappelle une source proche du dossier. Quant aux enfants dont aucun n'est âgé de plus de 5 ans, pas de changement. Les mineurs sont pris en charge par l'assistance sociale avant d’être placés en famille d'accueil ou chez un membre de leur famille.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Un suivi psychologique et psychiatrique

Par ailleurs, ils bénéficieront d'un suivi psychologique et psychiatrique adapté à leur jeune âge. Le but étant de leur permettre de retrouver une vie normale. Cela passe par des gestes simples comme l'explique le psychiatre Serge Hefez : "Manger trois repas par jour, se lever le matin, retrouver le plaisir d’apprendre. Mais aussi de faire du sport, d’avoir des copains ou encore de bénéficier d’un minimum d’attention et d’affection", énumère le spécialiste au micro d'Europe 1 a...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles