"Pris en otage" : la situation des Français au Royaume-Uni loin d'être débloquée

·1 min de lecture

Depuis dimanche, le Royaume-Uni est coupé du monde à la suite de l'appariation d'une nouvelle souche du coronavirus à Londres, qui se propagerait plus rapidement. Mais la circulation a partiellement repris mercredi. Sous la pression du risque d'une rupture de stocks des produits frais mais aussi sous celle des personnes bloquées d'un côté ou de l'autre de la frontière, les gouvernement français et britanniques se sont mis d'accord dans la soirée de mardi pour permettre la reprise des liaisons. 

Des tests facturés entre 50 et 150 livres

Et la réouverture des frontières se fait sous des conditions strictes. Les Français ou les personnes résidant dans l'Union européenne devront absolument présenter un test négatif de moins de 72 heures. C'est, au choix, soit un test PCR, soit un test antigénique. Une seule condition : il doit être sensible à la nouvelle variante du virus.

>> Retrouvez les entretiens de Patrick Cohen dans Europe midi en replay et en podcast ici

Seulement le test à un coût Outre-Manche. Il est facturé "aux alentours de 100 livres et mais plutôt 150 généralement, alors que le test antigéniques tourne autour de 50 livres", raconte Julien, qui vit à Londres. Il a pensé d'abord "abandonner" l'idée d'aller en France pensant que c'était "beaucoup de stress pour quelques jours passés en famille". Mais il a quand même réservé son créneau pour revoir ses proches, qu'il n'a "pas vus depuis un an". 

"Ils sont vraiment pris en otage"

Une solution a également été trouvée p...


Lire la suite sur Europe1