"Le principe de la laïcité, c'est la discrétion dans l'espace civique"

·1 min de lecture

C'est un principe connu de tous mais dont l'application est parfois compliquée : la laïcité. Quelques heures après un nouvel hommage à Samuel Paty, ce professeur assassiné pour avoir montré les caricatures de Mahomet en classe, le philosophe Pierre-Henri Tavoillot fait le point sur cette notion fondamentale de la société française. D'après l'auteur de La morale de cette histoire, la laïcité se décline selon les lieux où une personne se trouve. "Dans l'espace privée, c'est la liberté qui prime. Dans l'espace public, la laïcité implique une neutralité, tandis que dans l'espace civique (les lieux où l'on se rencontre), c'est la discrétion qui s'applique. Le principe de la laïcité, c'est donc la discrétion."

Une discrétion "à la fois des expressions religieuses, mais aussi des critiques à l'égard de la religion", détaille Pierre-Henri Tavoillot. "La laïcité ne vise pas à effacer les religions mais à lutter contre le prosélytisme. Parce que ce dernier entraîne une nuisance à autrui."

Dès lors, est-il normal de se sentir lésé lorsque quelqu'un s'attaque à sa religion, par exemple en la caricaturant, comme le fait régulièrement le journal satyrique Charlie Hebdo ? La liberté d'expression a-t-elle des limites ? Sur une question aussi épineuse, Pierre-Henri Tavoillot pointe la nécessité de clarifier la différence entre offense et préjudice. "L'offense est une injure mais la question est de savoir si elle produit un préjudice. Concrètement, est-ce que nos intérêts sont lésés ?"

Ainsi, ...


Lire la suite sur Europe1