Principal foyer de coronavirus aux États-Unis, New York creuse des fosses communes

Matthieu Balu

INTERNATIONAL - Terrible afflux sur Hart Island. Située à quelques encablures du quartier du Bronx, à New York, l’île est le théâtre d’une activité redoublée depuis plusieurs jours, en pleine épidémie de coronavirus. Des contractuels embauchés par la ville de New York y creusent des fosses communes pour faire face à la fréquence d’arrivée des cadavres, comme vous pouvez le découvrir dans la vidéo en tête de cet article.

L’emploi d’Hart Island comme cimetière n’a rien de nouveau: depuis de XIXe siècle, les autorités y enterrent les morts de New York sans famille, amis, ou tout simplement impossible à identifier. Mais alors qu’en une semaine typique, ont y creuse vingt-cinq tombes en moyenne, ce sont aujourd’hui vingt-quatre corps qui arrivent chaque par bateau réfrigéré.

À la question de savoir si ce soudain afflux était dû aux morts du coronavirus, les responsables à la mairie de New York n’ont pas voulu répondre, estimant qu’il leur faudrait rechercher la cause de ces décès avant de confirmer cette théorie. Face à l’encombrement de la morgue de New York depuis le début de la pandémie, la ville avait en tous cas fait savoir que l’île pourrait servir pour entreposer provisoirement les corps. 

Les États-Unis ont enregistré jeudi 1.783 décès quotidiens, selon le comptage jeudi à 20h30 locales de l’université Johns Hopkins. Ce bilan journalier, inférieur à celui de la veille (+1.973 morts), porte à 16.478 le nombre total de décès recensés dans le pays, pays le plus endeuillé au monde par la pandémie après l’Italie.

L’État de New York constitue de loin le principal foyer de l’épidémie américaine, avec plus de 7.000 morts. Il a enregistré une nouvelle progression record au cours des dernières 24 heures (+799), mais le nombre de nouvelles hospitalisations n’a jamais été aussi bas, a indiqué jeudi le gouverneur Andrew Cuomo.

À voir également sur Le HuffPost: Privés de pow-wow par le coronavirus, les natifs américains postent leurs danses en ligne

... Retrouvez cet article sur le Huffington Post