La Princesse de Montpensier (Arte) : le film de Bertrand Tavernier a failli ne jamais voir le jour

·1 min de lecture

En 2009, après avoir tourné aux Etats-Unis le polar Dans la brume électrique, Bertrand Tavernier revient en France. Il souhaite se consacrer à un projet de film de cape et d'épée, dans la tradition des Trois Mousquetaires et du Capitaine Fracasse, si chère au réalisateur. Celui-ci avait d'ailleurs déjà oeuvré dans le genre en 1994 avec La fille de D'artagnan, qui mettait en scène Sophie Marceau et Philippe Noiret dans les rôles principaux. Le réalisateur de Coup de torchon trouve l'occasion de concrétiser ce choix en s'attelant avec le scénariste Jean Cosmos à l'adaptation de la nouvelle de Madame de Lafayette, La princesse de Montpensier. Ce livre raconte au XVIème siècle le destin de Marie de Mézières, amoureuse d'Henri, duc de Guise, est contrainte d'épouser le prince de Montpensier. Son mari, appelé à rejoindre la guerre contre les protestants, la laisse avec son précepteur, le comte de Chabannes. La jeune femme devient malgré elle l'enjeu de passions rivales impliquant le duc d'Anjou.

Autour de Mélanie Thierry dans le rôle de Marie de Mézières, Bertrand Tavernier réunit un casting masculin étincelant : Lambert Wilson, Gaspard Ulliel, Raphaël Personnaz et Grégoire Leprince-Ringuet. Production ambitieuse, La princesse de Montpensier bénéficie de la mise à disposition de plusieurs sites historiques classés pour leurs décors intérieurs et extérieurs, notamment dans la région Centre-Val de Loire qui compte de nombreux châteaux de la Renaissance. Doté d'un budget de 13,5 millions (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

L'esprit de famille (Canal+) : le drame personnel qui a inspiré le film au réalisateur
Orange Mécanique sur Salto : les secrets du film le plus sulfureux de Stanley Kubrick
Exclu. Inès Reg (Je te veux, moi non plus sur Prime Video) se confie sur le sale coup fait par un ex : "Ma pire histoire"
La forme de l'eau (Disney+) : comment ont-ils créé la créature ?
Michael J. Fox se confie sur les ravages de la maladie de Parkinson sur sa carrière : "J'avais 29 ans, on m'a dit que je pourrais travailler 10 ans"