Princesse Diana : sa fameuse lettre à « la boss » de la famille royale vendue pour une petite fortune

·1 min de lecture

Près de trente ans avant que Meghan Markle n’appelle la famille royale britannique « the firm » à la télévision américaine, la princesse Diana appelait la reine Elisabeth II « the boss » (la patronne en français). La lettre de Lady Diana qui y fait référence s’est vendue aux enchères par la maison David Lay, samedi 20 mars, pour la somme de 8 700 livres sterling, soit près de 10 000 euros.

Cette note candide faisait partie d’un lot de 36 lettres de la première épouse du prince Charles, vendu pour un total de plus de 95 000 euros. Ces courriers appartenaient à Roger Bramble, un ami de Diana qu’elle a contacté à plusieurs reprises pour obtenir du soutien et des conseils au cours des années les plus sombres et difficiles de sa vie. Il avait caché ces courriers dans une armoire familiale pendant 24 ans, selon le Daily Mail. La famille a souhaité les vendre pour montrer « quel être humain délicieux » était la princesse.

Dans ce fameux mot, daté du 19 octobre 1995, la princesse Diana s’inquiétait d’avoir mis son ami Roger Bramble, alors Lord High Sheriff de Westminster, en retard pour un rendez-vous avec la reine. Lady Di le remerciait pour un déjeuner au restaurant très chic le Bibendum et plaisantait : « J’espère que vous êtes arrivé à l’abbaye de Westminster avant la patronne (la Reine), et sinon, je m’attends à avoir été mentionnée dans les excuses ! »

Parmi ces lettres se trouvait une autre note, celle-ci vendue pour 7 800 livres, soit 9 000 euros : un mot de remerciement pour l’avoir (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Megxit : Meghan Markle avait compris qu'elle n'aurait jamais le "rôle principal" dans la famille royale...
Marlène Schiappa à bout, décide de "porter plainte pour harcèlement"
Coup de massue : Les Z'amours, c'est fini ! France 2 annonce l'arrêt de la mythique émission après 26 ans
"Vous n'avez rien d'autre à faire ?" : Roselyne Bachelot décore Michel Sardou et se fait fustiger
Isabelle Balkany : son coup de gueule bestial sur Twitter, "halte à la discrimination »