Princes Harry et William : après un obstacle majeur, la date de leurs retrouvailles confirmée

·1 min de lecture

L’hommage à la regrettée princesse des cœurs, Lady Diana, se déroulera bel et bien le 1er juillet prochain, date à laquelle elle aurait soufflé sa soixantième bougie. Une statue à son effigie sera dévoilée au palais de Kensington, son ancienne demeure. Pour l’événement, Harry et William, se réuniront. Pourtant, les deux frères, brouillés depuis quelques mois, ont bien failli ne pas assister à cette rencontre tant attendue. D’après les révélations du Daily Mail, mises en ligne ce samedi 27 mars, le projet risquait d’échouer sur un obstacle majeur : les installations des statues dans le quartier royal de Kensington doivent en effet respecter des règles d’urbanisme.

Problème, les urbanistes de Kensington ignorent à quoi ressemblera la statue, qui sera conçue par Ian Rank-Broadley. “Le palais aimerait ériger une nouvelle statue mais ne souhaite pas donner les derniers détails à ce stade”, a indiqué un communiqué, relayé par nos confrères britanniques. Afin que les plans soient approuvés, ses dimensions et son emplacement ont dû être précisés. Jane Siddel, inspecteur des monuments antiques de l'Angleterre historique, a alors révélé quelques indices au Daily Mail : “L'emplacement a été soigneusement choisi, la statue étant décentrée sur l'une des allées du jardin, à proximité d'une ouverture dans les haies.” De là où elle sera installée, l’œuvre “n’empêchera pas les vues du palais ou depuis le palais”.

Les princes Harry et William ne se sont pas vus depuis mars dernier. Mais les deux (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Elizabeth II bientôt 95 ans : les préparatifs ont débuté... et il y a de quoi renflouer les caisses
"Je recevais des lettres d'insultes" : Line Renaud revient sur son dur combat pour "la cause de sa vie"
Eurovision 2021 : bouleversements, colère et crise sanitaire... Un pays disqualifié, un autre se retire
Audrey Pulvar se confie : « Je dormais à côté de ma cousine quand mon père la violait... j’ai été concernée »
L'infectiologue Karine Lacombe : sa fille Ysatis se confie pour la première fois