Le prince William rescapé du Covid : que se serait-il passé pour son fils George en cas de malheur?

·1 min de lecture

En pleine crise sanitaire, l'information a choqué outre-Manche. Alors que le Royaume Uni accuse 23 000 cas supplémentaires de Covid-19 et se prépare au reconfinement ce jeudi, le pays a appris que le prince William a contracté le nouveau coronavirus en avril dernier, comme le rapporte le Sun, ce lundi 2 novembre. Une contamination survenue quelques jours après celle de son père, le prince Charles, et en même temps que celle de Boris Johnson, le Premier ministre britannique. Mais contrairement à ces deux derniers, le duc de Cambridge a fait le choix du secret.

Car, comme le révèle le tabloïd britannique, le jeune homme de 38 ans aurait rencontré des difficultés respiratoires. "William a été très durement touché par le virus - il l'a vraiment mis KO pendant six jours. À un moment donné, il avait du mal à respirer, donc évidemment tout le monde autour de lui était assez paniqué", a confié une source proche de la famille royale. Malgré la gravité de son cas, il a préféré poursuivre ses engagements pour éviter d'inquiéter le pays. "Il se rend compte qu'absolument n'importe qui peut attraper cette terrible maladie - et sait à quel point il est impératif que nous prenions tous ce deuxième confinement au sérieux", dévoile une source au Sun. Après plusieurs heures de silence, l'information a été confirmée par Kensington Palace, révèle la journaliste Rebecca English sur Twitter.

La situation a dû créer une frayeur au sein de la famille royale britannique. En effet, avec leur grand âge, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"C'était intenable" : Brigitte Macron déçue par une décision de son mari
La maîtresse du roi de Thaïlande rampant devant le monarque et son épouse : cette image malaisante
PHOTO - Le roi et la reine du Bhoutan fiers de leur fils cadet qui a bien grandi
L’antisèche people - Laeticia Hallyday a appris l’infidélité de Johnny dans la presse people
VIDÉO - Yann Moix appelle à la désobéissance : son gros coup de gueule