Le prince Philip, une vie dans l’ombre d’Elizabeth II (partie 2)

·1 min de lecture

Le prince Philip, mari de la reine Elizabeth II, est mort vendredi, deux mois avant son centième anniversaire. Dans cet épisode spécial du podcast Europe 1 Studio "Au cœur de l'histoire", Jean des Cars poursuit son récit de la vie de cet homme ombrageux qui a dû trouver une façon d'exister aux côtés de la femme la plus célèbre du monde.  

Elizabeth met au monde leur deuxième enfant, la princesse Anne, le 15 août 1950, à Clarence House. Philip est revenu juste à temps pour être aux côtés de son épouse. Il repart tout de suite pour Malte. Elizabeth le rejoint en décembre, laissant ses deux enfants à Sandringham avec leurs grands-parents. Le couple est absent sept mois. Mais en juillet 51, il faut rentrer. Désormais, Malte, c’est fini. Lady Mountbatten dira, en parlant de la future reine : "Ils remettent l’oiseau dans la cage".

En effet, George VI va mal. Il va être opéré d’un cancer du poumon et la princesse héritière, accompagnée de son mari, va devoir remplacer le roi, notamment dans les voyages qui avaient été prévus. Lors d’un périple au Canada en octobre, Philip s’illustre par une de ses premières gaffes officielles en déclarant publiquement que “Le Canada est un bon investissement” ! Une phrase pour le moins malvenue. Les Canadiens sont logiquement choqués par les relents colonialistes de cette remarque. Puis, après le Canada, ce sera un grand tour du Commonwealth, de l’Afrique à l’Australie, que George VI n’avait pu entreprendre en 1939 en raison de la guerre et qu’il n...


Lire la suite sur Europe1