Obsèques du prince Philip : comment l'époux d'Elizabeth II a modernisé la famille royale britannique

franceinfo
·1 min de lecture

C'est sans foule ni procession que doivent se tenir samedi 17 avril les obsèques du prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, mort "paisiblement", à l'âge de 99 ans, le 9 avril. Dans la chapelle Saint-George du château de Windsor, seuls 30 de ses proches, dont la souveraine et leurs quatre enfants, pourront se recueillir. Une simplicité certes imposée par les restrictions sanitaires, mais également voulue par le prince Philip. En 2013, le Times* expliquait qu'il ne voulait pas qu'on fasse "toute une histoire" de ses funérailles. Place à la simplicité, donc : pas de cérémonie d'Etat ou de recueillement des Britanniques autour de sa dépouille.

Toujours placé deux pas derrière la souveraine, ce "prince de nulle part", comme certains l'ont parfois surnommé, qui a dû sacrifier une brillante carrière au sein de la Royal Navy (la marine britannique), a su imprimer sa marque. Toute sa vie, il a notamment tenté de moderniser la monarchie.

Il a réveillé Buckingham Palace

"Efficacité" est le maître-mot de Philip Mountbatten lorsqu'en 1952, sa famille s'installe sous les ors pesants du palais de Buckingham, après la mort de son beau-père, le roi George VI. Trop de décorum pour ce prince de Grèce et du Danemark, devenu officier de marine au tournant de la guerre. "J'ai des bras. Je ne suis pas impotent !", s'emporte-t-il face au personnel qui lui ouvre les portes de la demeure royale. "Il y avait trop de valets et d'intermédiaires", dépeint Stéphane Bern, spécialiste des têtes (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi