Le prince Paul de Roumanie condamné à de la prison ferme et activement recherché

·1 min de lecture

Paul de Roumanie est sous le coup d'un mandat d'arrêt européen. Le prince, en résidence surveillée, a été condamné à trois ans de prison ferme pour blanchiment d'argent et trafic d'influence ce jeudi 17 décembre, mais a fui les autorités roumaines, d'après Histoires royales. Petit-fils du roi Carol II de Roumanie, il était censé purger sa peine dès sa prononciation, mais était introuvable.

D'après le média roumain G4 Media, cité par Histoires royales, son épouse, Lia, a déclaré aux autorités qu'il était au Portugal. Un voyage en violation de sa mesure de résidence surveillée. La police de Bucarest a immédiatement réagi : "L'activité d'obtention du mandat d'arrêt européen et de la poursuite internationale commence." Initialement condamné à trois ans de prison avec sursis, Paul de Roumanie, aussi appelé Paul Lambrino et Paul-Philippe de Hohenzollern, avait fait appel. Sa peine a finalement été durcie. "Les condamnations étant définitives et exécutoires, elles ne peuvent plus être contestées", selon G4 Media.

Paul de Roumanie a été placé en garde à vue en 2015 dans une affaire de restitution illégale de biens, qui aurait provoqué une perte de 135 millions d'euros à l'Etat roumain, comme le révélait Le Point. Le Parquet anticorruption (DNA) l'a accusé d'avoir "revendiqué de manière illégale" des propriétés confisquées par le régime communiste. Pour obtenir ces biens, le prince, reconnu héritier du roi Carol II en 2012, a offert une commission de jusqu'à 80% de leur valeur à des émissaires (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Le saviez-vous ? Sophie Marceau était en couple avec Pierre Cosso pendant le tournage de La Boum 2
"Dès que tu seras élu, je me tire" : cette phrase cinglante lâchée par Cécilia à Nicolas Sarkozy
Le saviez-vous ? Amandine Petit, Miss France 2021, avait déjà tenté sa chance au concours
Brigitte Macron victime de la "camisole" de la Première dame
Jean-Michel Blanquer pas la tête au repos en famille : ce projet qui l'obsède