Prince Harry : cette règle au poil qui vient d'être modifiée par l'armée "grâce" à lui

·1 min de lecture

L'armée britannique marque un tournant dans son histoire… grâce au prince Harry. Comme le relate The Daily Mail ce dimanche 24 janvier, les forces spéciales britanniques ont désormais le droit de conserver leur barbe, même lors des représentations officielles, notamment les parades militaires. Jusqu'à présent, les militaires pouvaient laisser pousser leur barbe lors de leurs missions mais devaient la raser à blanc dès leur retour à la maison. Si l'armée britannique a autorisé cet assouplissement du protocole, c'est probablement en raison de l'attitude du prince Harry, très attaché à sa propre pilosité faciale. Bien qu'il ait quitté l'armée en 2015, il continuait d'apparaître avec l'uniforme lors d'occasions spéciales, tout en conservant sa barbe.

Et ce n'était d'ailleurs pas du goût de tout le monde. En novembre 2017, le plus jeune fils de la princesse Diana et du prince Charles s'était rendu aux cérémonies commémoratives du Jour du Souvenir, à Londres, vêtu de sa tenue militaire et donc, de son habituelle barbe, pour rendre hommage aux soldates tombés pendant la Seconde Guerre mondiale. Les réactions ne se sont pas fait attendre : "Il n'y a pas de place pour des barbes dans la cavalerie de la reine, il aurait dû la raser pour un jour aussi important", s'était indigné un militaire du régiment dans les colonnes du Daily Mail. En effet, seules quelques conditions permettaient à l'époque de conserver sa pilosité : si le soldat avait une maladie de peau ou des convictions religieuses. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Camélia Jordana évoque ses propos sur la police : "se faire massacrer appartient au langage commun"
Michelle Obama : qui est Viola Davis, l'actrice qui l'incarnera dans The First Ladies ?
Melania Trump : sa vie en Floride compromise à cause de Donald ? "Ils ne veulent pas de lui"
Vladimir Poutine : cette propriété à 1,1 milliard d'euros qui fait scandale
Inceste - Olivier Duhamel : ses enfants adoptifs bientôt entendus par la brigade des mineurs