Prince Harry : de l'amour à la peine... Le personnel royal se confie

·1 min de lecture

L'entrevue du prince Harry et de Meghan Markle face à Oprah Winfrey fait encore parler d'elle. Le couple, qui a décidé de fuir la monarchie britannique pour s'exiler en Californie, a lancé une véritable bombe. D'ailleurs, les tensions entre le duc et la duchesse de Sussex et les autres membres de la famille royale restent très fortes. Si la reine Elizabeth II tente d'apaiser les choses, le prince William est furieux contre son frère et sa belle-sœur. Il n'a pas supporté les propos de Meghan Markle à l'encontre de sa femme, Kate Middleton. De leur côté, les parents du petit Archie tentent de faire profil bas depuis leur interview choc. Mais voilà, la famille royale n'est pas la seule à avoir une dent contre le couple Sussex, et principalement Harry.

Proche du personnel royal depuis son enfance, le prince Harry a toujours été très apprécié. Malgré ses gros titres dans la presse britannique et sa réputation peu enviable durant son adolescence, les travailleurs du Palais ont beaucoup de cœur pour lui. Toutefois, tout cela a changé depuis ses révélations à Oprah Winfrey. Une source s'est confiée au Times à ce sujet affirmant que le personnel avait coupé ses liens avec le prince. "Harry était adoré par la plupart des gens de la maison; maintenant, la plupart des gens sont horrifiés par lui", affirme cette personne.

L'article du Times précise également que les Sussex avaient créé une "culture de la peur" parmi le personnel, les laissant "nerveux". "Le personnel a peur des attaques sur (...)

Lire la suite sur le site de GALA

PHOTO - Elizabeth II et le prince Charles : après la tourmente, le bonheur retrouvé
VIDÉO - Manuel Valls sans filtre sur son départ : « Ma vie intime se défaisait »
Donald Trump milliardaire : cette somme improbable qu'il doit à son garde du corps…
PHOTOS - Comme Olivier Véran et Coralie Dubost, ils ont trouvé l'amour dans leur parti politique
Meghan Markle : cette experte royale qui l'accuse de jouer un peu trop "la carte de la race"