Quand le Prince Harry ironise sur sa calvitie naissante

·1 min de lecture

CALVITIE - “Je suis déjà... Je suis condamné”. C’est avec ironie que le prince britannique Harry, âgé de 37 ans, a récemment commenté sa perte de cheveux. Lors d’une émission quotidienne dédiée aux Invictus Games de la chaîne néerlandaise NPO, le duc de Sussex a discuté avec dérision du sujet de la calvitie avec deux autres hommes, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus.

L’échange entre les trois hommes a commencé par une plaisanterie. “Vous avez beaucoup de choses à faire à cet endroit”, a lancé avec malice le Prince Harry à l’athlète Bart van der Burg, désignant son crâne chauve alors ce dernier était en train d’être maquillé sur le front. “C’est vide une fois qu’elle a terminé”, a répondu du tac au tac le sportif, en se référant au pot de maquillage.

À droite du Prince Harry, un autre homme exprime alors sa crainte de devenir chauve. “Ça ne prendra pas beaucoup de temps”, estime-t-il. Mais il est vite rassuré par le duc de Sussex: “Ça va plus lentement que moi. Je suis déjà... Je suis condamné”. “On a le même coiffeur, j’imagine”, plaisante son interlocuteur. “On appelle ça un nid d’oiseau”, ajoute alors Bart van der Burg, provoquant un grand éclat de rire de la part du Prince Harry.

Le duc de Sussex est arrivé le 15 avril à La Haye (Pays-Bas) pour la cinquième édition des Invictus Games, qui s’achève ce 22 avril. Cette rencontre sportive créée pour les soldats blessés et organisée sur le modèle des jeux paralympiques a été marquée cette année par l’éloge adressé à l’équipe ukrainienne.

À voir également sur Le HuffPost: “Pour son anniversaire, Meghan Markle veut aider les femmes à retrouver du travail après la pandémie”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles