Le prince Harry dépouillé : cette privation qui lui reste en travers de la gorge

·1 min de lecture

Une villa digne d'un palais, un fils qui grandit à vue d'œil, un travail on ne peut mieux rémunéré… Le prince Harry a tout pour être heureux… en apparence du moins. Brouillé avec sa famille, le petit-fils préféré de la reine peine à tourner la page. Outre le comportement irrespectueux de la Firme vis-à-vis de Meghan Markle, le duc de Sussex lui reproche également de l'avoir privé d'un titre qui lui tenait particulièrement à cœur, comme le souligne le correspondant royal Richard Palmer sur Twitter ce mercredi 6 janvier.

"Harry est clairement mécontent de perdre ses titres militaires", rapporte le journaliste qui précise par ailleurs que la reine n'a pas l'intention de revenir sur sa décision. Si ces positions militaires honorifiques doivent demeurer vacantes jusqu'au 31 mars prochain, date du premier anniversaire du départ des Sussex de la famille royale, ces derniers devraient être "accordés à d'autres membres de la famille plus tard cette année".

Pour retrouver sa liberté, le prince Harry a notamment été contraint d'abandonner son titre de capitaine général des Royal Marines. Une fonction qu'il occupait depuis deux ans et qui devrait revenir à la princesse Anne, déjà associée à 65 organisations militaires. Un véritable crève-cœur pour celui qui avait servi avec honneur et forcé l'admiration en combattant en Afghanistan en 2008. Une aventure humaine qui avait profondément marqué le jeune homme qui avait par la suite créé les Invictus Games afin de rendre hommage aux soldats blessés (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDEO - Affaire Olivier Duhamel : Pascal Praud outré après la blague douteuse d'un invité
PHOTOS - Obsèques de Robert Hossein : sa veuve Candice soutenue par leur fils Julien
"Nous sommes ridicules" : Le Canard Enchaîné rapporte une grosse colère d'Emmanuel Macron
VIDEO - "Je n'en peux plus" : Nicolas Sarkozy très seul avant sa rencontre avec Carla Bruni
VIDEO - Claude Brasseur : le divorce de ses parents, une blessure durable