Prince Harry : pour compenser le Megxit "brutal", ses titres militaires pourraient lui être rendus

·1 min de lecture

De l'autre côté de l'Atlantique, le prince Harry et Meghan Markle ont trouvé leur équilibre loin de la famille royale. Ils travaillent sur leurs projets et s'occupent de leur fils Archie comme ils le souhaitent. Mais le duc de Sussex, qui s'entend un peu mieux avec son frère William depuis quelques semaines, garde une rancœur en lui. Cela concerne les titres militaires, auxquels il tient beaucoup, qui lui ont été retirés au moment du Megxit, jugé "brutal" pour tout le monde. Mais bonne nouvelle, il pourrait bientôt les récupérer.

Selon l'expert royal Richard Fitzwilliams, qui s'est confié au Sunday Express, en mars aura lieu une réunion "conviviale" à l'issue de la période d'un an post-Megxit, au cours de laquelle la reine fera le point sur la situation. Rien ne devrait changer pour Harry et Meghan, qui conserveront leur indépendance. Elizabeth II et le prince Charles semblent satisfaits de la façon dont les choses se passent et pourraient donc décider de rendre ses titres militaires à Harry. Un moyen de faire amende honorable. Et un soulagement aussi pour Meghan, qui était très triste pour son mari.

Même si rien n'est encore fait. Richard Fitzwilliams n'ayant évoqué qu'une "possible discussion" sur le sujet, les choses semblent tout de même en bonne voie. La reine et le prince Harry discuteront aussi du rôle qu'il pourra tenir, ou non, lors du Remembrance Day (jour du Souvenir), le 11 novembre prochain.

Le déroulement de ces retrouvailles devrait ainsi dicter la suite des événements. (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - Jean-Luc Mélenchon attaque Emmanuel Macron dans On est en direct : “le pouvoir si grand rend fou”
Gérard Larcher "serial testeur" : ce nombre incroyable de tests PCR que le président du Sénat a subi
Florent Manaudou à quelques mois des JO de Tokyo : "le moral est moyen"
Anne-Sophie Lapix positive à la Covid-19 : qui sont les deux jokers pour la remplacer ?
Gabriel Attal soutient le président : "le moindre jour de confinement qu'on peut éviter, il faut qu'on le prenne"