Le prince Harry aurait envoyé des e-mails à Charles pour se "justifier" après son interview vérité

·1 min de lecture

L'interview explosive de Meghan Markle et du prince Harry à Oprah Winfrey et diffusée le dimanche 7 mars 2021 a eu de terribles conséquences au sein de la famille royale. Le prince William, qu'on dit fâché avec son cadet, aurait ainsi été "effondré" après les accusations de racisme qu'il réfute. La reine Elizabeth II, de son côté, a laissé de côté sa célèbre devise "never complain, never explain" ("ne jamais se plaindre, ne jamais commenter") et a publié un communiqué laconique le 9 mars.

"Toute la famille est attristée d'apprendre à quel point ces dernières années ont été difficiles pour Harry et Meghan. Les questions soulevées, en particulier celle de la race, sont préoccupantes. Bien que certains souvenirs puissent varier, ils sont pris très au sérieux et seront traités par la famille en privé", a ainsi déclaré la souveraine de 94 ans tout en précisant que "Harry, Meghan et Archie seront toujours des membres de la famille très aimés".

C'est cependant avec son père, le prince Charles, qu'Harry a le plus de mal à communiquer désormais. Alors qu'il confiait à Oprah Winfrey qu'après son départ pour les États-Unis il y avait eu toute une période durant laquelle son père ne répondait même plus à ses appels, Harry serait désireux d'améliorer leur relation. Selon la commentatrice royale Katie Nicholl, le mari de Meghan aurait trouvé le moyen le plus sûr de communiquer avec le prince de Galles. "Harry a envoyé des e-mails à son père pour justifier les raisons qui l'ont poussé à accepter (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Affaire de sorcellerie : Marc Blata révèle avoir "des dossiers bien plus graves !"
Jesta Hilleman se confie sans tabou sur ses erreurs de maman
Johnny Hallyday : cette star internationale qui aurait adoré chanter avec lui
Roselyne Bachelot : cette sortie très sexiste dont elle a été victime à l'Assemblée nationale
Prince Philip opéré du cœur : le mari d'Elizabeth II est sorti de l'hôpital après un mois