Le prince Charles a trouvé la solution pour ne plus serrer les mains : face au Coronavirus il ne se démonte pas

Comment faire pour ne pas avoir l'air hautain en refusant de serrer une main pendant cette période de pandémie ? Le prince Charles, dont le rôle requiert beaucoup de salutations physiques, a trouvé la solution miracle pour ne pas laisser le coronavirus l'effrayer ! L'héritier au trône du Royaume-Uni, âgé de 71 ans, se contente désormais de joindre ses deux mains et de saluer son interlocuteur d'un signe de tête. Ce "geste Namaste", très utilisé en Asie, est un symbole de gratitude mais également une manière de se dire bonjour. Polie et bienveillante, cette ruse évite bien des ennuis au futur souverain.

Pourtant, comme le relate Rebecca English, la correspondante royale du Daily Mail, il lui arrive de ne pas se souvenir de cette astuce et d'avoir encore le réflexe d'avancer la main pour saisir celle des personnes présentes à ses côtés. "Le prince Charles dit qu'il a du mal à ne pas serrer des mains à cause du Coronavirus", relate-t-elle sur Twitter, en accompagnant son message d'une vidéo assez amusante illustrant ses propos. "Cet après-midi, il a tendu sa main deux fois avant de la retirer au dernier moment. Il a ri puis a dit qu'il trouve ça trop difficile de ne pas le faire ".

Le Royaume-Uni aussi très touché

Il faut dire que le fils de la Reine Elizabeth n'est plus tout jeune et fait partie des personnes les plus exposées au virus. Pire : sa mère, qui fêtera ses 94 ans le mois prochain, pourrait elle aussi contracter le COVID-19 si jamais son fils s'approchait trop près d'une

Retrouvez cet article sur GALA

Penelope Fillon : cette petite phrase de son mari qui l’a blessée
Presley Gerber, le fils de Cindy Crawford tatoué au visage, part à nouveau en roue libre
Tom Hanks et sa femme touchés par le coronavirus, l'info qui remue Hollywood
Tout le monde veut prendre sa place : comment l’émission de Nagui gère le coronavirus
Kate Middleton et William pas près de se réconcilier avec Meghan et Harry : leur brouille est « profonde » et « sans précédent » chez les Windsor