Le prince Charles fait de rares confidences sur son style et son engagement pour la mode éthique

Nawal Bonnefoy
·3 min de lecture
Le prince Charles en juin 2019 - Niklas HALLE'N - AFP - POOL
Le prince Charles en juin 2019 - Niklas HALLE'N - AFP - POOL

Le prince Charles est un peu l'icône mode à laquelle on ne s'attendait pas. Et pourtant, le voici dans les pages du nouveau numéro du Vogue britannique, à discuter de son style et de son engagement pour la mode éco-responsable avec le rédacteur en chef du magazine, Edward Enninful.

Peut-être que jusqu'alors, le potentiel mode de Charles avait été éclipsé par celui d'autres membres de la famille royale britannique: Kate Middleton et Meghan Markle, dont chaque apparition provoque des ruptures de stock chez les marques qu'elles portent, la reine Elizabeth II, capable de booster la popularité de la couleur verte avec une seule courte apparition, ou avant elles Lady Di, dont les looks continuent aujourd'hui encore d'inspirer les créateurs.

"Je ne supporte pas le gaspillage"

Dans son entretien avec Vogue, l'héritier du trône britannique s'est confié sur son rapport à la mode - une mode qu'il voit éthique et durable, préférant la qualité à la quantité. Son mantra? "Buy once, buy well" ("Achetez une fois, achetez bien). Une phrase qui fait écho au "Buy Less, Choose Well and Make It Last" ("Achetez moins, choisissez bien, et faites durer", de la créatrice Vivienne Westwood.

"Je suis de ceux qui détestent jeter des choses", a expliqué Charles, interrogé sur son rapport à sa garde-robe. "Par conséquent, je préfère que mes vêtements soient bien entretenus, voire réparés si nécessaire, plutôt que de les abandonner".

"La difficulté, c’est qu’en vieillissant, notre corps a tendance à changer de forme, et ce n’est donc pas si facile que ça de s’adapter aux vêtements", a-t-il ajouté, assurant ne supporter "aucun gaspillage".

Une économie circulaire et du zéro-déchet

A l'heure où la mode est l'une des industries les plus polluatens, le prince Charles s'impose comme un fervent défenseur du mouvement anti-gaspi et du zéro déchet. "Il est urgent que nous nous attaquions au problème de comment sont fabriqués les vêtements", a-t-il assuré.

"Je parle depuis très longtemps de la nécessité d’une économie circulaire plutôt que linéaire, où l’on se contente de fabriquer, supprimer et jeter – ce qui est une tragédie, car inévitablement nous surexploitons les ressources naturelles qui s’épuisent rapidement", a expliqué le père de William et Harry.

L'an dernier, Charles avait offert les orties de son jardin au duo de stylistes Vin+Omi pour créer une ligne de vêtement à base de plantes. Avec son organisation The Prince's Foundation, il a aussi lancé un programme appelé "The Modern Artisan", afin de soutenir de jeunes créateurs aux collections respectueuses de l’environnement.

"Le consommateur dispose d’un immense pouvoir pour décider d'où acheter", a rappelé le prince. "Les meilleures entreprises montreront la voie, en démontrant que si vous suivez les bons règles de fabrication, non seulement vous vous dirigez de plus en plus vers le zéro-déchat, mais vous éliminez également la pollution des chaînes d’approvisionnement".

Vestes en tweed et cravates club

Edward Enninful a profité de son entretien pour glisser au prince Charles qu'il a "toujours admiré" la façon dont il s'habille et son sens du style. De quoi amuser son interlocuteur, qui a avoué s'être toujours considéré comme "une horloge en panne", en décalage des tendances.

"Je suis vraiment ravi que vous pensiez que cela a du style. Je fais attention aux détails et aux associations de couleurs", a confié le roi des vestes en tweed, cravates club, richelieus Oxford et autres pièces phares du style dandy chic.

"J’ai de la chance, parce que je peux trouver des gens merveilleux qui sont de brillants artisans qui crééent des choses que j’apprécie. Et c'est pour cette raison que j’essaie de faire durer mes vêtements le plus longtemps possibles", a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com