Prince Charles et Camilla : parés au pire, ils ont une "panic room" dans leur demeure

·1 min de lecture

La famille royale britannique ne laisse aucune place au hasard et s’est préparée au pire. Dans la résidence de campagne du prince Charles et de Camilla, Highgrove House, située dans le Gloucestershire, en Angleterre, une "panic room" a été installée. Dans son livre Not in Front of the Corgis, le biographe royal Brian Hoey a levé le voile sur l’équipement que contient cette mystérieuse salle, prête à résister à tout, et même aux explosions.

"À l'intérieur, se trouvent des fournitures médicales, notamment des conteneurs avec le groupe sanguin de Charles et de Camilla, des aliments et des boissons durables, un arsenal, des émetteurs radio équipés pour obtenir un signal même à travers ces murs en acier, des purificateurs d'air et des toilettes chimiques", a notamment écrit Brian Hoey. Cet espace très sécurisé a été conçu pour que les membres de la famille royale puissent s’y cacher pendant une période prolongée, sans être dans le besoin. Le biographe a également précisé que cette salle était si protégée que "même si le reste de la maison était détruit, la panic room resterait intacte".

Le duc de Cornouailles affectionne tout particulièrement cette demeure, qu’il a rachetée en 1980. Highgrove House est réputée pour ses incroyables jardins qui permettent au prince Charles de se ressourcer en pleine nature. Lors de son mariage avec Diana, le couple a fait de Highgrove House sa résidence principale et les princes William et Harry y ont donc passé leurs premières années avant de commencer (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Eurovision : Terence James en lice, découvrez qui est Sophie, sa fiancée et "reine du shopping"
Felipe d'Espagne : sa fille Leonor, une future reine au caractère bien trempé
"J'ai pas du tout dit ça" : Camélia Jordana revient sur ses propos sur Catherine Deneuve et Brigitte Bardot
"J'ai gouté à cette violence et je l'ai détestée" : Nicolas Bedos prend une décision inattendue
Rachida Dati virulente sur le "cynisme d'Anne Hidalgo" et sa "dérive dangereuse"