Le prince Andrew encore puni : le vilain petit canard de la famille privé du Noël royal

·1 min de lecture

Le prince Andrew est mis au ban de la famille royale d'Angleterre. Toujours empêtré dans un scandale sexuel, pour ses liens avec Jeffrey Epstein, et après plusieurs accusations d'agressions sexuelles sur des jeunes femmes mineures, le fils de la reine Elizabeth II devrait être privé du traditionnel Noël familial à Sandringham. Selon The Sun, le coronavirus et les restrictions sanitaires drastiques qui s'appliquent en Angleterre ont poussé la monarque à limiter à six le nombre de personnes à sa table le 25 décembre. Il y aurait donc elle-même, son époux le prince Philip, le prince Charles, Camilla, William et Kate. Et donc pas de trace du prince Andrew.

Si cette éviction est, sur le papier en tout cas, due à l'épidémie de Covid-19, elle n'est pas la première d'une longue liste de déconvenues pour le prince Andrew. En novembre 2019, alors que l'affaire du scandale battait son plein (quelques mois après le suicide de Jeffrey Epstein), le deuxième fils de la reine Elizabeth II a été poussé à se retirer de la vie publique. Il ne participe depuis plus à aucun événement important de la famille royale, et devrait même être privé des festivités pour le 100e anniversaire de son père, le prince Philip, en 2021.

Le prince Andrew est véritablement tombé en disgrâce et ne semble plus avoir le soutien de sa propre mère. Plus du tout. La reine Elizabeth II continue de l'effacer petit à petit. Elle a par exemple demandé que l'on retire tous les articles le concernant de la boutique de souvenirs (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Jean-Paul Belmondo ivre : sa folle nuit avec Michel Boujenah "à 7h du matin en caleçon"
Jean-Michel Blanquer pas tendre du tout avec Jean-Luc Mélenchon ! Ça clashe
"Donald Trump Jr. déteste son père, Ivanka est lesbienne"... Scandales à la Maison Blanche
Le saviez-vous ? Marine Le Pen et ses sœurs ont échappé à un attentat le soir de la Toussaint
Le prince Charles a déclaré avoir “vécu dangereusement” en admettant publiquement son adultère