Prince Andrew : son ancienne femme de chambre sort du silence

·1 min de lecture

L’ancienne femme de chambre du prince Andrew a révélé ses conditions de travail dégradantes et affirme que ce dernier se comportait en « enfant gâté ».

ALors qu'il est toujours au coeur d'un scandale d'agressions sexuelles qui lui a fait perdre ses titres militaires, le prince Andrew fait parler de lui pour son comportement envers le personnel du palais. Ce vendredi 21 janvier, Charlotte Briggs, l’ancienne femme de chambre du prince Andrew, a décidé de témoigner auprès du journal « The Mirror ». Elle raconte dans cette interview, le travail humiliant qu’elle a souvent dû accomplir au service du membre royal en 1996, alors qu’elle avait 21 ans. Elle revient également sur son comportement « exigeant et autoritaire » envers les employés. Elle explique que le fils de la reine Elisabeth II n’hésitait pas à être grossier, lui ayant un jour crié, parce qu’elle n’avait pas fermé un rideau de sa chambre comme il le souhaitait : « Putain, tu ne peux rien faire de bien ? » Elle précise : « Nous étions deux et nous travaillions en rotation de 6h30 à 11h30, puis plus tard le soir. Nous devions déplier son lit, enlever ses peluches, fermer les rideaux et préparer son pyjama. Il était un peu paresseux et appelait de son bureau pour dire : " Pouvez-vous envoyer la bonne fermer les rideaux ? " Ils étaient littéralement derrière lui, mais il refusait de se lever pour les fermer lui-même. » Elle qualifie le père des princesses Eugenie et Beatrice « d’enfant gâté ». « Cet homme s'est battu pour son pays dans les Malouines, mais n'a pas pu se lever pour fermer ses propres rideaux. C'était...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

VIDÉO - Le prince Andrew déchu : cette promesse du prince Charles qui pourrait l’écarter davantage

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles